Si une solution à deux Etats n’est pas trouvée, Israël pourrait devenir un Etat appliquant l’apartheid, à l’image de l’Afrique du Sud jusqu’au début des années 1990. La remarque, faite par le secrétaire d’Etat américain John Kerry lors d’une conférence privée de la Trilateral Commission à Washington, qui réunissait des leaders mondiaux, a été publié par The Daily Beast dont l’un des journalistes s’est immiscé dans l’audience. Le président de la commission, Joseph Nye s’est fendu d’une lettre à John Kerry pour s’excuser de l’intrusion du journaliste qui n’avait pas le droit d’assister à la conférence et qui, en plus, «n’a pas respecté les règles» de l’événement. Aucune phrase prononcée par un intervenant ne peut être publiée sans son consentement.

Aux Etats-Unis, une telle remarque est explosive et elle a de fait suscité un torrent de réactions. La sénatrice démocrate de Californie Barbara Boxer a jugé le commentaire de John Kerry «dépourvu de tout sens et ridicule» sur son compte Twitter. Le sénateur du Tea Party Ted Cruz est allé plus loin. Il demande rien de moins que la démission du chef de la diplomatie américaine. «J’étais convaincu, déclare le républicain du Texas, que le secrétaire d’Etat John Kerry placerait ce qu’il considère comme les vœux de la communauté internationale au-dessus des intérêts sécuritaires nationaux des Etats-Unis. Je crains qu’avec ces remarques récentes et mal choisies, le secrétaire d’Etat Kerry ait prouvé que ces inquiétudes sont fondées.» Et Ted Cruz d’ajouter, devant le Sénat: «Le secrétaire d’Etat Kerry a prouvé qu’il n’était pas fait pour le poste et qu’avant que d’autres dégâts soient causés à notre alliance avec Israël, il devrait présenter au président Obama sa démission et le président devrait l’accepter.» John Kerry a réagi lundi soir par communiqué, démentant l’information du Daily Beast: «Je ne crois pas, ni n’ai jamais déclaré publiquement ou dans le privé qu’Israël était un Etat d’apartheid ou qu’il avait l’intention de le devenir.»