Hongkong était en état d’alerte maximal contre le virus 2019-nCoV. La voici en partie emmurée. Dans la région semi-autonome ébranlée depuis juin par une contestation anti-gouvernementale, la menace d’une épidémie a momentanément limité les manifestations massives, mais pas la fronde. Elle s’exprime aujourd’hui dans la critique de la gestion sanitaire. A la haine du Parti communiste s’ajoute, chez une partie des Hongkongais, la colère d’avoir été exposés au virus mortel à cause des manquements du gouvernement central.

Lire aussi: Le mutisme coupable de la Chine face au coronavirus