Venezuela

Juan Guaido assure que le changement est «proche» au Venezuela

«Certains n’ont pas tenu parole» lors du soulèvement militaire raté, affirme l'opposant dans un entretien à l'AFP. Depuis le 23 janvier, il tente de déloger du pouvoir le président Nicolas Maduro

«Je suis très optimiste quant au fait que nous sommes très proches du changement au Venezuela», a affirmé lundi le chef de file de l'opposition vénézuélienne Juan Guaido, lors d'un entretien accordé à l'agence de presse française, Agence France-Presse (AFP). Celui qui s'est proclamé président par intérim le 23 janvier tente depuis de déloger du pouvoir le président Nicolas Maduro.

«Certaines personnes n'ont pas tenu parole. (...) Cela ne signifie pas qu'elles ne le feront pas sous peu», a expliqué Juan Guaido au sujet de cet appel lancé le 30 avril aux aurores près d'une base militaire de Caracas, qui s'est finalement dégonflé au cours de la journée.

«Il est évident qu'aujourd'hui, le mécontentement est généralisé et les forces armées n'échappent pas à la règle», a indiqué le chef de file de l'opposition, reconnu président par intérim par une cinquantaine de pays, dont les Etats-Unis. «Des conversations ont lieu (...) avec des responsables civils et militaires», a assuré le président du Parlement, âgé de 35 ans.

Lire aussi: Juan Guaido appelle à la grève générale

Un appel aux armées à «surmonter leur peur»

Juan Guaido était apparu mardi dernier dans une vidéo tournée aux abords de la base de La Carlota, au côté de l'opposant Leopoldo Lopez. Il avait revendiqué le soutien d'un groupe de soldats entrés en rébellion contre Nicolas Maduro, et avait appelé les forces armées, pilier du système politique et économique au Venezuela, à le rejoindre. L'armée n'a pas suivi cet appel au soulèvement, mais il a déclenché des manifestations-monstres dans tout le Venezuela mardi et mercredi. 

Lire aussi: Des heurts éclatent à Caracas après le ralliement de militaires à Juan Guaido

Selon Juan Guaido, la «faiblesse» du chef de l'Etat vénézuélien devrait «bientôt» mener à un changement de gouvernement dans ce pays qui traverse une crise politique doublée d'une très grave crise économique.

«Nous avons bâti une majorité. Nous avons fait tout ce qu'il nous revient de faire comme citoyens. Aujourd'hui, nous disons qu'il reste aux forces armées et à certains employés (du secteur public) à surmonter leur peur.»

Pour Juan Guaido et ses partisans, Nicolas Maduro est un «usurpateur» qui se maintient au pouvoir sur la base des résultats de l'élection présidentielle «frauduleuse» de l'an dernier. En retour, le président vénézuélien accuse Juan Guaido de vouloir fomenter un «coup d'Etat» avec l'aide des Etats-Unis.

Publicité