Vénézuela

Juan Guaido n'exclut pas d'autoriser une intervention militaire américaine

Le président autoproclamé vénézuélien pourrait laisser Donald Trump intervenir sur ses terres. L'aide humanitaire bloquée à la frontière embrase la situation

Juan Guaido, le président autoproclamé ad interim du Venezuela, s'est dit prêt à autoriser si nécessaire une intervention militaire américaine pour forcer le chef de l'État Nicolás Maduro à quitter le pouvoir. Ce dernier a promis de bloquer l'aide humanitaire. «Nous ferons tout ce qui est nécessaire, tout ce que nous devons faire pour sauver des vies humaines, pour que des enfants cessent de mourir», a déclaré vendredi l'opposant Juan Guaido interrogé par l'AFP.

Une situation inextricable

«C'est une question évidemment très polémique, mais en faisant usage de notre souveraineté, en exerçant nos prérogatives, nous ferons le nécessaire», a ajouté M. Guaido, reconnu comme président par intérim par une quarantaine de pays, dont les Etats-Unis. Il répondait à la question de savoir s'il utiliserait les compétences qui sont les siennes pour autoriser une éventuelle intervention militaire étrangère.

Lire aussi: Nicolas Maduro: «Ce pays a des gens qui l’aiment»

«Ici, au Venezuela, chaque jour qui passe se compte en vies humaines», a déclaré l'opposant. La grave crise économique qui frappe ce pays pétrolier a entraîné de graves pénuries de nourriture et de médicaments. Plus de deux millions de Vénézuéliens ont fui leur pays depuis 2015, selon l'ONU. «Nous ferons tout ce que nous devons faire de manière souveraine, autonome, pour parvenir à ce que cesse l'usurpation du pouvoir par Nicolás Maduro», a-t-il encore dit. Le président américain Donald Trump, qui a immédiatement reconnu Juan Guaido comme président par intérim, a réaffirmé dimanche que le recours à l'armée américaine au Venezuela était «une option» envisagée face à la crise politique qui secoue ce pays.

Nicolas Maduro ne bronche pas

Une première cargaison d'aide humanitaire envoyée par les Etats-Unis est arrivée jeudi dans la ville colombienne de Cucuta, à la frontière avec le Venezuela. Le président Nicolás Maduro a promis vendredi de la bloquer à l'entrée du pays. «Le Venezuela ne va pas tolérer le 'show' de la prétendue aide humanitaire, car nous ne sommes pas des mendiants», a-t-il lancé, accusant une nouvelle fois cette aide d'être un cheval de Troie des Etats-Unis pour intervenir militairement dans le pays pétrolier. D'autres cargaisons d'aide sont attendues dans les "prochains jours", selon l'unité nationale de gestion des risques de catastrophes (UNGRD), l'organisme officiel colombien chargé des secours.

Sur le même sujet: «Au Venezuela, le système de santé s’est effondré»

Publicité