Le tribunal de La Haye a condamné mercredi à 8 ans de prison un négociant néerlandais en bois, Guus Kouwenhoven, pour avoir violé l'embargo des Nations unies en vendant des armes au régime de Charles Taylor contre l'exploitation de concessions de bois exotique. Le tribunal rendait son jugement sur un trafic surnommé le «bois du sang».

Il l'a toutefois acquitté de crimes de guerre au Liberia, estimant que l'accusation n'était pas parvenue à prouver les liens directs entre lui et les atrocités perpétrées durant la guerre, ni que les armes qu'il a importées avaient été directement utilisées dans les atrocités.

Le tribunal a cependant estimé que Guus Kouwenhoven a joué un «rôle crucial» dans l'importation en fraude d'armes au Liberia, en les échangeant contre de lucratives concessions sur les bois exotiques.

Selon les juges, les armes arrivaient au port libérien de Buchanan, contrôlé par Guus Kouwenhoven, et étaient utilisées par les troupes de Taylor.