Sur son smartphone, la juge Magdalena Wolejko fait défiler des photos. Y figurent des dizaines de magistrats du Palais de justice d’Olsztyn posant à l’entrée du bâtiment. Ils sont vêtus de tee-shirts floqués d’un logo «Con-sti-tu-tion». Ce slogan représente depuis des années le signe de ralliement des opposants aux réformes controversées de la justice, menées en Pologne par le parti national conservateur Droit et justice (PiS). «Ce genre de manifestation relèvera peut-être bientôt du passé», affirme-t-elle. Depuis l’entrée en vigueur le 23 janvier de la loi disciplinaire, surnommée «loi muselière», toute manifestation d’hostilité à ces réformes peut valoir aux magistrats de sévères sanctions. Le président du tribunal d’Olsztyn, Maciej Nawacki, choisi par le Ministère de la justice, a d’ailleurs signalé à la police le dernier rassemblement.

Lire aussi: Rebelle malgré elle, une juge défie le pouvoir polonais