Un juge du tribunal de Woolwich, à Londres, a signifié mardi à Julian Assange, à l’issue d’une audition préliminaire très rapide, que la justice se prononcerait sur cette extradition les 7 et 8 février.

Une plainte a été déposée à son encontre par deux Suédoises qui l’accusent de leur avoir imposé des rapports sans préservatif. L’Australien a toujours rejeté ces accusations.

Le fondateur de WikiLeaks vit actuellement en résidence surveillée dans un manoir de la campagne anglaise. Après neuf jours passés en prison, il a été libéré sous caution le 16 décembre, moyennant une caution de 240’000 livres (environ 360’000 francs).

Ses supporteurs estiment qu’il est victime d’une machination politique, en raison des fuites de milliers de documents officiels organisées par son site, fort embarrassantes pour de nombreux gouvernements.