Quoique moins lourde qu’attendu par certains, la sentence du Tribunal suprême espagnol contre des dirigeants séparatistes catalans est tombée comme un couperet: pour avoir tenté de «bousculer l’ordre constitutionnel» et avoir «forcé» (en vain) la sécession en octobre 2017, neuf responsables indépendantistes catalans ont écopé de peines allant de 9 à 13 ans de prison. Jamais depuis le retour de la démocratie une sentence au caractère éminemment politique n’avait été prononcée avec une telle sévérité.

Lire aussi notre éditorial: En Catalogne, le «leurre» indépendantiste