En novembre 2019, l’Université d’Europe centrale de Budapest (CEU), création du milliardaire George Soros, transférait l’essentiel de ses activités à Vienne faute d’un accord avec l’exécutif hongrois sur son fonctionnement. Moins d’un an plus tard, la Cour de justice de l’Union européenne estime que la loi de 2017 sur les universités étrangères, responsable de l’exil de la CEU, est incompatible avec le droit communautaire car imposant des contraintes trop strictes, se heurtant à la Charte des droits fondamentaux de l’Union.

Lire aussi: Orban-Soros, le duel hongrois des deux Europe