Il y a dix ans, lorsque tout a commencé, Anwar al-Bunni était encore détenu dans une prison syrienne. Aujourd’hui, son nom est sur toutes les lèvres. Cet opposant de longue date, dont le sourire fréquent cache mal sa force de volonté, est devenu une pièce maîtresse dans le dernier combat qui reste aux Syriens face à leurs tortionnaires: celui de la justice internationale.