«Six ans dans une colonie pénitentiaire à régime ordinaire et une amende d’un million de roubles (environ 29 000 francs suisses)», a écrit Alexeï Navalny dans un tweet pendant le réquisitoire du parquet dans la salle du tribunal de Kirov où il assiste au procès.

Le procureur Sergueï Bogdanov a demandé qu’Alexeï Navalny soit reconnu coupable des faits qui lui sont reprochés et «arrêté dans la salle du tribunal» où il comparaît libre, après l’énoncé du jugement dont la date devait être annoncée dans la journée.

«Je pense que la sanction proposée par le ministère public est proportionnelle au délit commis et à la perte subie par l’Etat», a déclaré le procureur.

«Je crois que cela servira aussi de leçon à ceux qui auraient l’intention de commettre de tels délits», a ajouté Sergueï Bogdanov.

Alexeï Navalny devait prendre la parole en dernier, à la reprise de l’audience après une pause déjeuner.

«Vengeance politique»

Orateur efficace, devenu l’une des figures de proue de la contestation née après les législatives de décembre 2011, Alexeï Navalny dénonce une «vengeance politique» pour ses révélations sur la corruption, ainsi que pour la campagne menée contre le parti au pouvoir Russie unie et la réélection de Vladimir Poutine à la présidence en 2012, après deux mandats (2000-2008) et un intermède de quatre ans comme premier ministre.

L’avocate d’Alexeï Navalny, Olga Mikhaïlova, a demandé la relaxe de son client, estimant que cette affaire était «en contradiction totale avec la législation en vigueur».

«Ce procès ne répond pas aux normes de la justice mais se base sur des seuls motifs politiques pour discréditer publiquement» Alexeï Navalny, a déclaré l’avocate, citée par l’agence Interfax.

Accusé de détournement

Jugé depuis le 17 avril, Alexeï Navalny est accusé d’avoir organisé en 2009 le détournement de 16 millions de roubles (460 000 francs suisses) au détriment d’une exploitation forestière, Kirovles, alors qu’il était consultant du gouverneur libéral de la région de Kirov, Nikita Belykh.

Dès le début de l’affaire, Alexeï Navalny a qualifié les accusations d’absurdes, 15 millions de roubles ayant selon lui été versés à l’entreprise et le reste constituant la marge de la société ayant effectué les transactions.

Avocat de formation, blogueur et pourfendeur de la corruption, Alexeï Navalny refuse toute culpabilité et souligne ne pas même comprendre les charges retenues contre lui.

L’opposant âgé de 37 ans a été désigné récemment candidat de la formation libérale russe RPR-Parnas pour briguer la mairie de Moscou à l’élection du 8 septembre, mais il ne pourra pas se présenter à ce scrutin s’il est condamné à l’issue du procès.

Figure charismatique de l’opposition, Alexeï Navalny est également visé par d’autres enquêtes.

Ce grand blond aux yeux bleus, libéral connu aussi pour des penchants nationalistes, déclare lutter contre un «Etat corrompu d’occupation».

L’ex-magnat du pétrole et critique du Kremlin Mikhaïl Khodorkovski, emprisonné depuis 2003, a apporté son soutien à Alexeï Navalny dans une récente tribune transmise depuis sa prison au quotidien Vedomosti.

Le but du procès est «d’effrayer et de démoraliser les opposants et les électeurs politiquement actifs», avait écrit Mikhaïl Khodorkovski.