La silhouette d’enfant est penchée au-dessus d’un amas de détritus, derrière une file de voitures cahotantes. Près d’elle, un checkpoint, mollement tenu par de jeunes talibans. Chargée de bouteilles en plastique, la petite fille de 8 ans relève finalement la tête. Ses cheveux sont coupés à la garçonne. Elle ne porte pas de tunique, l’habit traditionnel des fillettes et des femmes afghanes. Une pointe de défi allume son regard. «Mon nom est Asma. Ma maman m’a suggéré de m’appeler Osman désormais», lance-t-elle. Un prénom choisi en hommage au héros ottoman d’une série turque éponyme, carton d’audience en Afghanistan: «Osman est un guerrier qui n’a peur de rien.»