Pologne

Kaczynski instrumentalise l’Histoire pour exiger des réparations de l’Allemagne

Le président du parti au pouvoir Droit et Justice estime que Varsovie n’a jamais renoncé à des réparations pour la Seconde Guerre mondiale. Mais la revendication a très peu de chance d’aboutir

Depuis quelques semaines, la demande devient insistante. Jaroslaw Kaczynski, président du parti au pouvoir en Pologne, Droit et Justice, le martèle: l’Allemagne doit à Varsovie des milliards de dollars de réparations pour les horreurs commises durant la Seconde Guerre mondiale. Ce n’est pas la première fois que des figures de ce parti catholique ultra-conservateur et europhobe expriment cette revendication. En 2015, le même type de demande avait déjà tendu les relations entre Berlin et Varsovie. 

La demande est amplifiée par certains médias dont la chaîne Republika, proche du pouvoir. Sur son site Internet, cette dernière a publié une image outrancière avec le slogan «Reparationen machen frei» en référence à l’inscription figurant à l’entrée du camp de concentration d’Auschwitz, «Arbeit macht frei». Lors d’une conférence de son parti en juillet dernier, Jaroslaw Kaczynski déclarait: «La Pologne n’a jamais renoncé aux réparations relatives à la Seconde Guerre mondiale. Ceux qui le croient ont tort.»

Le second conflit mondial a dévasté la Pologne qui a perdu un cinquième de sa population, soit près de six millions de citoyens dont la moitié de juifs. Des villes entières furent anéanties. Les dommages matériels causés par l’Allemagne nazie s’élèveraient à 850 milliards de dollars, selon Varsovie. Aujourd’hui, la revendication reste très floue, mais des publications de droite sont plus explicites. Pour l’hebdomadaire Sieci Prawdy, la Pologne doit exiger des réparations de l’ordre de 6000 milliards de dollars.

Relations germano-polonaises

Pourtant longtemps proche des Kaczynski, le président polonais Andrzej Duda se distancie de la requête de même qu’une partie du personnel diplomatique. Pour une raison simple: la rhétorique anti-allemande de Kaczynski sape le bon état des relations germano-polonaises. L’Allemagne est le principal partenaire commercial de Varsovie.

Les échanges entre les deux pays s’élèvent à plus de 100 milliards de dollars par an. Berlin absorbe un quart des exportations polonaises. Il a aussi fortement appuyé l’adhésion (2004) de la Pologne à l’Union européenne et en a soutenu la montée en puissance. La chancelière allemande Angela Merkel a apporté un soutien crucial à la candidature de l’ex-premier ministre polonais Donald Tusk à la présidence du Conseil européen.

Lire aussi: Donald Tusk est reconduit à la tête du Conseil européen

Ex-conseiller de l'ancien premier ministre Tadeusz Mazowiecki et président de la fondation Batory, Aleksander Smolar le confie au Temps: «Cette histoire de réparation n'est qu'un jeu de politique interne. L’argument anti-allemand sert à couvrir la cuisante défaite du parti au pouvoir en juillet dernier. Le veto du président Duda contre deux des trois lois censées réformer le système judiciaire a provoqué de profondes divisions au sein du parti. Il sert aussi à masquer la débâcle du gouvernement polonais dans ses relations avec l’Europe.

La position de Varsovie face à Bruxelles empire de jour en jour. Donald Tusk a été réélu cette année au Conseil européen malgré le «non», le seul, du gouvernement polonais. Des proches du pouvoir s’en rendent compte: le camp Kaczynski est détaché de toute réalité.» Il instrumentalise l'Histoire.

Un dossier clos?

En 1945, lors de la conférence de Potsdam, les vainqueurs avaient convenu que l’URSS obtiendrait des réparations. Mais il semble qu’elle n’en ait jamais versées à la Pologne. En 1953, Varsovie accepte d'y renoncer. Aujourd’hui, les partisans de compensations allemandes défendent que la Pologne n’était pas souveraine. Elle était un satellite de Moscou.

Chercheuse à l’Université de Copenhague, Pola Cebulak dément cet argument: «Assurant la continuité de l’État, la Pologne d’après-1989 a repris toutes les obligations lui incombant. La quête de réparations a aussi peu de chance d’aboutir. Le 3 février 2012, la Cour internationale de justice a refusé une telle demande de la part de l’État italien. Le cas était déjà clos lors de la conclusion d’un accord italo-allemand.»

Un an après la réunification allemande, Varsovie et Berlin concluait un traité de bon voisinage prévoyant le versement de 500 millions de Deutsche Mark à une fondation en Pologne et deux milliards de marks de compensation pour des victimes polonaises des nazis. Tous les gouvernements polonais de l’après-Guerre froide ont jusqu'ici jugé le dossier clos.

Publicité