Les Suisses «prétendent qu’ils ’combattent Al-Qaïda et le terrorisme’ alors qu’ils viennent de (leur) offrir le plus grand service», a affirmé le leader libyen. Il s’exprimait ce week-end en marge d’une cérémonie à la Faculté des Sciences religieuses de Zliten (160 km à l’est de Tripoli), a précisé Jana.

Par ce référendum, la Suisse a fourni un «très fort argument» à Al-Qaïda pour s’attaquer à l’Europe, a estimé le colonel Kadhafi. Selon lui, «les militants d’Al-Qaïda disent maintenant: ’nous vous avons prévenu qu’ils sont nos ennemis (...) Regardez qu’est ce qu’ils font en Europe. Venez vous joindre à Al-Qaïda et proclamez le jihad contre l’Europe’».

Pour Kadhafi, dont le pays avait déjà dénoncé «un référendum raciste» à la suite de la votation du 29 novembre, l’interdiction des minarets en Suisse a donné aussi un argument aux pays musulmans pour interdire les constructions des églises. «Mafia du monde»

Qualifiant la Suisse de «mafia du monde» et d’»entité fabriquée», le colonel Kadhafi a indiqué qu’il y avait «un appel pour le boycott» de la Confédération par le monde musulman, sans autres précisions.

«Nous continuons à leur (les Suisses) dire: vous devez penser à vos intérêts. Vous avez besoin de pétrole, de gaz, de ports, de mer, d’énergie solaire, d’investissements». «Méfiez-vous avant de perdre ces acquis et ne dépassez pas vos limites», a-t-il prévenu.

Les relations entre la Suisse et la Libye sont tendues depuis l’arrestation d’Hannibal Kadhafi, l’un des fils du numéro un libyen, le 15 juillet 2008 à Genève. A la suite de cette interpellation, deux Suisses ont été arrêtés en Libye. Les deux hommes ont été condamnés le 1er décembre dernier à 16 mois de prison ferme pour «séjour irrégulier».