Quand Kamala Harris fait parler d’elle, ce n’est pas toujours comme elle le souhaiterait. Récemment, elle a eu droit à un «cadeau spécial» du gouverneur du Texas: plusieurs bus de migrants débarqués près de sa résidence de Washington, en guise de protestation contre une politique jugée «laxiste». Mais que fait donc vraiment la vice-présidente? En pleine saison des élections de mi-mandat, la question, forcément, émerge avec plus d’acuité. La réponse est relativement simple: sa seule fonction la contraint à rester assez en retrait. Elle doit surtout s’accrocher à une décision de Joe Biden.