Le drapeau de la colère flotte au-dessus d’Oakland. Fixé au sommet de la tour du quotidien Oakland Tribune, vestige gothique de brique et d’acier hérité de l’époque où les propriétaires de la presse américaine dictaient leurs lois, la bannière jaune de «Black Lives Matter», écrit en lettres noires, toise l’imposant Palais de justice voisin du comté d’Alameda.

A lire aussi: L'imbroglio électoral américain, un réel problème