Les 365000 habitants du Kanton übrig (celui qui reste) ou les Gsiberger (à prononcer Ksiberger) sont souvent interpellés par références à leur histoire et particularités linguistiques qui les rapprochent de leurs voisins helvétiques. A la fin de l'Empire austro-hongrois en 1918, le Vorarlberg se donne une Constitution démocratique et se prononce par referendum à un rattachement à la Suisse. Mais celle-ci ne veut pas s'agrandir. Ce sera le canton übrig. Aujourd'hui, les relations sont qualifiées de bonnes, mais les collaborations souvent en devenir. Depuis 1972, la Conférence internationale du lac de Constance se profile comme plate-forme de discussion.

Avec sa vigoureuse croissance économique, le Land le plus industrialisé constitue une langue urbaine qui s'étire dans la plaine, via de petites villes colmatées. Le tout à l'ombre des contreforts de la région touristique du Bregenzerwald. Bregenz (29000 habitants) est le chef-lieu politique. Dornbirn est le centre économique et industriel. En 2007, le taux de chômage a atteint 5,7%. L'un des principaux soucis est l'inflation.