Crime

Katmandou, nouvelle capitale du tourisme sexuel

Frappé par l’exode rural et la pauvreté, le Népal devient le nouveau terrain de chasse des prédateurs sexuels. Parmi les victimes figurent des proies particulièrement vulnérables: les enfants

Ghetto touristique de Katmandou et ancien sanctuaire hippie, le quartier de Thamel affiche la bonhomie de ses ruelles animées. Nourrissant une industrie touristique vitale pour le Népal, les groupes de randonneurs et les sages vacanciers ont remplacé les méditatifs sans le sou et les baroudeurs déjantés. Ils flânent dans ces ruelles où les échoppes leur proposent des souvenirs, des t-shirts «I love Nepal» ou de l’équipement de haute montagne.

Désormais, les visiteurs peuvent aussi pousser la porte des bars de danseuses et des salons de massages. La prolifération fulgurante de ces établissements donne à Thamel un air glauque évoquant certains quartiers de Bangkok, l’une des capitales mondiales du tourisme sexuel. A Katmandou, ce secteur se base sur l’exploitation sexuelle de milliers d’enfants. Venus de leurs villages himalayens et en quête d’une vie meilleure, des adolescents pauvres y sont happés par la prostitution.