Un groupe de femmes habillées de voiles chatoyants verts, jaunes ou violets, discutent tandis que le soleil se couche entre les huttes du village de Boji, dans le nord aride du Kenya. «Des fois, quand vous n’avez rien, marier une de vos filles permet de nourrir la famille, reconnaissent-elles en affirmant que les mariages d’enfants se produisent aux alentours, «mais pas ici.» Elles sont membres des Gabra, une des communautés semi-nomades majoritaires du comté de Marsabit avec les Borana et les Rendille, qui vivent de l’élevage et que la sécheresse actuelle a profondément affectés. Quelques chameaux errent, les côtes apparentes, à la recherche de branches sèches pour se nourrir.