L’étau se desserre autour l’Ukraine, qui semble avoir gagné une bataille dans la guerre navale qui se livre dans la mer Noire, avec cet accord sur le déblocage de ses ports. Kiev pourra enfin vider ses silos et se remettre à encaisser des devises sonnantes et trébuchantes. Par ailleurs, l’accord négocié depuis deux mois ne permettra pas à la Marine russe de pénétrer dans ses eaux territoriales pour inspecter ou escorter les navires commerciaux, réduisant le risque d’intrusion militaire dans le sud de l’Ukraine. C’est ce que le Kremlin demandait, mais il n’a pas eu gain de cause.