Corée du Nord

Kim Jong-un «a compris» que la dénucléarisation doit être rapide, déclare Mike Pompeo

Lors d’une conférence de presse, le secrétaire d’Etat américain a affirmé jeudi que les sanctions contre Pyongyang ne seraient pas levées avant la fin du processus de dénucléarisation

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un «a compris» que la dénucléarisation de la Corée du Nord devait être «rapide», a déclaré jeudi 14 juin à Séoul le secrétaire d’Etat américain. Il a répété que les sanctions contre Pyongyang ne seraient pas levées avant la fin du processus.

Lire aussi: Kim Jong-un invite Trump à Pyongyang et salue «un tournant radical»

«Les Etats-Unis restent engagés dans la réalisation d’une dénucléarisation complète, vérifiable et irréversible de la Corée du Nord», a déclaré le ministre américain des Affaires étrangères Mike Pompeo lors d’une conférence de presse avec ses homologues japonais Taro Kono et sud-coréen Kang Kyung-wha. Tous trois ont affiché leur fermeté face à Pyongyang après les concessions faites par le président américain Donald Trump lors de son sommet mardi à Singapour avec Kim Jong-un.

Editorial: Le triomphe de Kim, le mérite de Trump

Dans le document signé à Singapour par Donald Trump et le dirigeant nord-coréen, les mentions «vérifiable» et «irréversible» ne figurent pas. «Nous pensons que Kim Jong-un a compris l’urgence» de la situation et que «nous devons le faire rapidement», a poursuivi Mike Pompeo. Les sanctions infligées à Pyongyang pour le punir de ses programmes nucléaire et balistique ne pourront disparaître tant que le processus de «dénucléarisation» ne sera pas complété, a-t-il affirmé.

Fin des manœuvres discutées

De son côté, la chef de la diplomatie sud-coréenne Kang Kyung-wha a mis en avant la solidité de l’alliance de son pays avec Washington, alors que Donald Trump a annoncé à la surprise générale la fin des exercices militaires conjoints entre leurs deux pays. «L’alliance entre la Corée du Sud et les Etats-Unis est plus forte que jamais», a-t-il déclaré.

Le chef de la diplomatie américaine s’est aussi entretenu avec le président sud-coréen Moon Jae-in, qui a estimé, à l’instar de Donald Trump mardi, que le sommet de Singapour avait éloigné le risque d’un conflit nucléaire. «Il y a eu beaucoup d’analyses sur le résultat du sommet, mais je crois que le plus important, c’est que les peuples du monde entier, dont ceux des Etats-Unis, du Japon et les Coréens ont été capables d’écarter le risque d’une guerre, des armes nucléaires et des missiles», a-t-il dit.

Selon le quotidien japonais Yomiuri de jeudi, le Japon s’efforce d’organiser un entretien entre le premier ministre Shinzo Abe et Kim Jong-un. La rencontre pourrait se dérouler à Pyongyang en août. Le journal, qui cite plusieurs sources gouvernementales, précise que des responsables des deux pays discutent de cette hypothèse depuis plusieurs mois.

Publicité