Lu ailleurs

Kim Jong-un est finalement né en 1984

La tante du dirigeant nord-coréen qui s’est occupée de lui lorsqu’il était à Berne témoigne

Le mystère entourant le dirigeant nord-coréen recouvrait jusqu’à sa date de naissance. Était-il né en 1982 ou 1983, comme l’indiquaient les spécialistes du dernier régime totalitaire, à défaut d’une biographie officielle crédible? Les deux dates étaient erronées. Kim Jong-un serait né en réalité en 1984. Ce qui signifie qu’il n’avait que 27 ans lorsqu’il a succédé à son père, Kim Jong-il, mort le 17 décembre 2011. C’est ce qu’affirme sa tante Ko Yong-Suk qui vit depuis 1998 aux Etats-Unis où elle gère une entreprise de nettoyage à sec.

Lire aussi: Sur la dernière frontière de la Guerre froide

Le témoignage de Ko Yong-Suk, sœur de Ko Yong-Hui, la troisième épouse de Kim Jong-il et mère de Kim Jong-un, a été recueilli par le Washington Post. Comment est-elle sûre de la date de naissance de son neveu? Simplement parce qu’il est né en même temps que son premier fils. «Lui et mon fils étaient camarades de jeu depuis leur naissance. J’ai changé leurs couches à tous les deux», explique celle qui vit désormais sous un faux nom, tout comme son mari, pour protéger leurs trois enfants.

Une vie normale

Ko Yong-Suk, qui était très proche de sa sœur, raconte comment elle a été dépêchée en Suisse pour s’occuper des enfants du dictateur nord-coréen. Elle et son mari se sont installés à Berne avec un passeport diplomatique en 1992. Ils sont arrivés avec Kim Jong-Chol dans leurs bagages, le frère aîné de Kim Jong-un. Ce dernier les a rejoints dans la capitale suisse en 1996 alors qu’il avait douze ans.

«Nous vivions dans une maison normale et nous comportions comme une famille normale, témoigne Ko Yong-Suk. Je me comportais comme sa mère. Je l’encourageais à inviter ses amis à la maison, car nous voulions qu’ils aient une vie normale. Je faisais à manger pour les enfants, ils mangeaient des gâteaux et jouaient aux Legos.»

Grève de la faim

Ko et sa «famille» faisaient régulièrement des allers-retours entre Berne et Pyongyang. Kim Jong-un aimait rentrer durant les vacances d’été pour profiter de la villa en bord de mer de son père. Pour le reste, c’était une vie d’expatriés somme toute classique. A la maison, Ko Yong-Suk cuisinait coréen. Avec son mari, Ri Gang, ils ont emmené le jeune Kim Jong-Un sur les pistes de ski dans les Alpes suisses, à Disneyland Paris, sur les plages de la Côte d'Azur ou en virée en Italie.

Kim Jong-un, dont Ko Yong-Suk s’occupait déjà à Pyongyang depuis sa naissance, est décrit comme un enfant qui «ne créait pas de problèmes, mais qui s’irritait facilement et manquait de tolérance». «Lorsque sa mère essayait de le réprimander parce qu’il jouait trop et n’étudiait pas assez, se souvient Ko Yong-Suk, il ne répliquait pas, mais il protestait par d’autres moyens, comme de se mettre en grève de la faim.»

Revoir: Kim Jong-un, le dictateur qui parlait Berndütsch 

Le basket pour grandir

Comme ses anciens camarades de son école de Liebefeld ont déjà pu en témoigner, Kim Jong-un était passionné par le basket-ball. La raison? Sa mère lui aurait dit que ce sport l’aiderait à atteindre une plus grande taille alors qu’il souffrait d’être plus petit que ses camarades. Il s’endormait parfois avec son ballon.

C’est en 1998 que Ko Yong-Suk, son mari et leurs trois enfants débarquèrent un jour en taxi à l’ambassade américaine de Berne en se présentant comme des diplomates nord-coréens pour demander l’asile politique. Après plusieurs jours d’interrogatoire, ils seront transférés sur une base militaire américaine près de Francfort. Mais ce n’est qu’une fois installés aux Etats-Unis que la CIA réalise l’importance de cette «prise» puisqu’il s’agit d’intimes de la famille régnante à Pyongyang. Ils se verront offrir 200 000 dollars pour refaire leur vie.

Dauphin depuis 1992

Pourquoi ont-ils fait défection? En 1998 Ko Yong-hui découvre qu’elle a un cancer du sein. Elle est traitée en Suisse et en France, sans résultat. Sa sœur espère lui trouver un traitement aux Etats-Unis, explique-t-elle. Le Washington Post précise que sans doute Ko Yong-Suk craignait pour son avenir si sa sœur devait mourir et qu'elle préféra se mettre à l’abri. Ko Yong-hui décédera finalement en 2004. Kim Jong-un est retourné définitivement à Pyongyang en 2000. A ce moment-là, il sait déjà qu’il succédera à son père. En fait, il aurait été désigné comme héritier du trône dès ses huit ans, explique Ko Yong-Suk. Pour son anniversaire, il avait reçu un uniforme de général. Et à partir de ce jour, tous les généraux, les vrais, le saluaient comme un chef.

Lorsqu’il apparut soudain aux yeux de son peuple comme le nouveau leader, fin 2011, Kim Jong-un n’était pas totalement un néophyte. Cela faisait près de vingt ans qu’il était formé pour cette destinée, même si sa prise de pouvoir est sans doute survenue plus tôt qu’il ne le pensait. Durant ses quatre années en Suisse, l’adolescent savait donc qu’il était le dauphin désigné. Un secret parfaitement gardé.

Publicité