Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a estimé que son pays devait se préparer autant «au dialogue qu'à la confrontation» avec les Etats-Unis sous la présidence de Joe Biden, a rapporté vendredi l'agence officielle KCNA.

Kim Jong-un «a souligné la nécessité de se préparer autant au dialogue qu'à la confrontation, en particulier d'être pleinement préparé à la confrontation», lors d'un discours sur sa stratégie à l'égard de Washington lors d'une réunion plénière du Comité central du parti, selon KCNA.

Lire aussi: La Corée du Nord dénonce la diplomatie «hostile» de Joe Biden  

Le leader nord-coréen «a appelé à réagir de façon vive et rapide face à une situation évoluant rapidement et à concentrer les efforts sur une prise de contrôle stable de la situation dans la péninsule coréenne», précise l'agence officielle.

L'«objectif incroyablement difficile» des Etats-Unis

Le président américain Joe Biden, dont Pyongyang dénonce la «politique hostile», n'exclut pas de rencontrer un jour le leader nord-coréen Kim Jong-un, mais souligne qu'il ne le fera pas sans engagements clairs de ce dernier.

En mai, il avait critiqué la démarche de son prédécesseur Donald Trump qui avait rencontré «Chairman Kim» à deux reprises, à Singapour puis à Hanoï, sans aboutir à des résultats tangibles. «Je ne lui offrirai pas une reconnaissance internationale» sans contreparties, avait-il insisté. Il avait alors dit ne pas avoir d'«illusions» sur la difficulté de convaincre la Corée du Nord de renoncer à son arsenal nucléaire, après un entretien à la Maison-Blanche avec son homologue sud-coréen Moon Jae-in.

Lire également: Le boulevard nucléaire de la Corée du Nord

«Nous n'avons aucune illusion sur la difficulté, absolument aucune. Les quatre dernières administrations n'ont pas rempli l'objectif. C'est un objectif incroyablement difficile», avait-il dit à la presse, en annonçant avoir nommé le diplomate chevronné Sung Kim comme émissaire spécial pour Pyongyang.

Les négociations entre les Etats-Unis et le Nord sont à l'arrêt depuis l'échec du deuxième sommet entre Donald Trump et Kim Jong-un à Hanoï, en 2019.