Finalement, ce devrait être Genève! Kofi Annan, le secrétaire général de l'ONU sortant et sa femme envisageaient de s'établir dans le canton de Vaud, à partir de l'année prochaine (Le Temps du 6.10.2006). La crainte d'être happés par de trop nombreuses fonctions officielles dans la ville du bout du lac semblait les avoir convaincus, malgré leur attachement pour Genève: c'est notamment dans cette ville que Kofi Annan et Nane Lagergren se sont connus alors qu'ils travaillaient tous deux au Haut-Commissariat pour les réfugiés.

Prix décerné

Dimanche, pourtant, l'actuel secrétaire général a visité plusieurs appartements à Genève. Et s'il n'a pas encore signé de bail, (il a quinze jours pour se décider), ses amis genevois donnent pour certaine sa venue prochaine. Ils évoquent même une date: la fin du mois de mars, puisqu'au terme de son second mandat, le 31 décembre prochain, Kofi Annan souhaiterait «disparaître» pendant trois mois.

C'est le banquier genevois Yvan Pictet, ami de longue date du couple Annan, qui s'est chargé des démarches liées à la recherche d'un appartement. C'est précisément pour recevoir le Prix 2006 de la Fondation pour Genève, créée par Yvan Pictet, que Kofi Annan se trouve ces jours à Genève. Ce prix lui sera remis ce lundi, au cours d'une cérémonie qui devrait réunir quelque 500 personnes et que la fondation a voulu très ouverte à la société civile, à l'image de son hôte d'honneur. S'y côtoieront les directeurs des agences de l'ONU et des ambassadeurs, mais aussi les amis de Kofi Annan et de sa femme, des membres des milieux académiques ou des personnalités du monde culturel.

Bourgeoisie d'honneur?

Kofi Annan, 68 ans, entend mettre à profit sa retraite pour créer une fondation en faveur de l'Afrique. L'homme, qui selon ses proches bénéficie à Genève et en Suisse «d'une énorme cote d'amour», a d'ores et déjà été approché par bon nombre de conseils de fondation, empressés d'y associer son illustre nom.

La remise du Prix de la Fondation de Genève, qui entend saluer la contribution de Kofi Annan au rayonnement de Genève dans le monde, est le premier d'une longue série d'actes de ce type qui attendent le secrétaire général sortant. A la Ville de Genève, son nom a été évoqué pour la remise de sa médaille «Genève reconnaissante». Quant à l'Etat de Genève, il pourrait lui décerner la bourgeoisie d'honneur, en plus du portrait de lui qu'aurait déjà terminé le peintre suisse Hans Erni.