A mesure que les élections législatives du 19 septembre approchent, les autorités russes excluent méthodiquement les candidats sur lesquels risque de s’agglutiner le vote protestataire. La nervosité du Kremlin est compréhensible. Un sondage publié vendredi par l’institut FOM (contrôlé par l’Etat) révèle que seuls 27% des Russes envisagent de voter pour Russie unie, le parti du pouvoir. Il s’agit de son plus bas niveau depuis treize ans. Actuellement, les députés de Russie unie contrôlent les trois quarts du parlement russe.