Le procureur général Mohammad Jafar Montazeri l’a annoncé samedi soir: l’Iran abolit la police des mœurs, une brigade qui s’assure que les femmes respectent à la lettre le strict code vestimentaire qui leur est imposé. C’est cette même police qui a arrêté la jeune Mahsa Amini, 22 ans, le 13 septembre dernier, l’accusant de n’avoir pas porté correctement le voile. Trois jours plus tard, elle décédait en prison, très vraisemblablement battue à mort par les sbires du régime. Sa mort a été le point de départ de la plus grande contestation de la République islamique depuis la révolution de 1979, qui a déjà coûté la vie à plus de 450 personnes.