Angela Merkel n’a pas l’habitude de s’excuser pour sa politique. Or hier, la chancelière allemande a pris tout le monde de court en demandant pardon pour une décision prise mardi, en commun accord avec les 16 ministres présidents de région. Autorités fédérales et régionales avaient décidé de faire des 1er et 2 avril prochains des jours fériés. Cela aurait permis aux Allemands de réduire leurs contacts durant ce long week-end de Pâques de cinq jours.

Lire aussi: Face au virus, Angela Merkel fait son autocritique