Guatemala: début du second tour de la présidentielle

Les opérations de vote ont débuté dimanche au Guatemala pour le second tour de la présidentielle. Le scrutin oppose deux candidats de droite, l’ancien général Otto Perez Molina, favori des sondages, et le jeune homme d’affaires Manuel Baldizon.

Les dernières enquêtes d’opinion accordent 58% des intentions de vote à l’ex-militaire de 61 ans, qui propose une «main de fer» contre la violence et la pauvreté, deux des principaux fléaux de ce petit pays d’Amérique centrale, soit 17 points devant son adversaire Baldizon, 41 ans.

Le scrutin était marqué par l’absence de candidat du parti de gauche au pouvoir après le rejet de la candidature de l’ex-épouse du chef de l’Etat, Sandra Torres, qui avait divorcé du président Alvaro Colom, limité à un seul mandat, pour pouvoir se présenter.

La campagne électorale a été émaillée de violences politiques ayant fait plusieurs morts depuis son coup d’envoi en mai. Le Guatemala est l’un des pays les plus dangereux du monde, avec 18 homicides enregistrés chaque jour. (ATS)

L’UDC n’exclut pas d’attaquer un siège du PLR au Conseil fédéral

En prévision de l’élection au Conseil fédéral du 14 décembre, le conseiller national argovien UDC Ulrich Giezendanner va proposer à son parti de conclure un contrat avec le PLR. Celui-ci contiendrait la clause suivante: tous les membres du PLR devraient reconnaître par écrit qu’ils donnent leur voix à un candidat UDC au lieu de réélire la conseillère fédérale Eveline Widmer-Schlumpf.

En contrepartie, l’UDC assurerait le PLR de ses voix pour l’élection de Didier Burkhalter et Johann Schneider-Ammann, a ajouté M. Giezendanner. La convention ne serait valable que si Eveline Widmer-Schlumpf n’est pas réélue. Dans le cas contraire, chaque parti devra regarder de son côté.

Si ce scénario se produit, une attaque d’un des deux sièges PLR pourrait être possible. Une décision du parti est toutefois encore nécessaire. L’une des options serait d’attaquer le siège du conseiller fédéral bernois Johann Schneider-Ammann par le conseiller aux Etats bernois Adrian Amstutz. (ATS)

La gauche italienne réclame la démission de Silvio Berlusconi

L’opposition de gauche italienne a rassemblé des dizaines de milliers de personnes samedi à Rome pour réclamer la démission de Silvio Berlusconi. A la tête d’un pays «surveillé» par l’UE et le FMI, le «Cavaliere» tente, lui, de colmater les brèches d’une majorité qui fait eau de toutes parts.

Cette manifestation a été organisée alors que la majorité de droite de M. Berlusconi ne tient plus qu’à un fil après une vague de défections sans précédent qui a directement touché cette semaine son parti Peuple de la liberté (PDL). Selon les journaux, le gouvernement ne disposerait plus que de 311 ou 312 soutiens sûrs à la Chambre des députés avec la majorité absolue à 316 et un risque d’effritement ultérieur.

Dès son retour vendredi soir du sommet du G20, le président du Conseil s’est lancé dans des consultations frénétiques avec ses plus fidèles lieutenants puis avec les récalcitrants pour les convaincre de «faire marche arrière». Depuis Cannes, il avait déjà averti ces derniers qu’«abandonner la majorité (était) un acte de trahison non seulement envers le PDL mais envers le pays».

Le premier test pour le gouvernement Berlusconi aura lieu mardi avec un nouveau vote à la Chambre sur le préambule au bilan 2010 de l’Etat italien. Ce texte avait été rejeté une première fois, à la surprise générale, en octobre.

Mais les vraies épreuves seront les votes de confiance au Sénat et à la Chambre des députés sur les mesures promises à l’UE prévus respectivement autour du 15 novembre et d’ici à la fin du mois. M. Berlusconi a cependant balayé samedi soir toute possibilité de démission, affirmant vouloir «continuer la bataille». (ATS)

Thaïlande: le bilan des inondations dépasse les 500 morts

Les inondations, provoquées par une mousson d’une ampleur exceptionnelle, ont commencé il y a trois mois et affecté des millions de personnes, principalement dans le nord et le centre du pays. Elles ont fait plus de 506 morts, selon un dernier bilan du gouvernement.

A Bangkok, au moins un cinquième de la mégalopole de 12 millions d’habitants est désormais noyée sous des eaux imprégnées de boue, de déchets toxiques industriels et ménagers et autres cadavres d’animaux, avec leurs lots de menaces sanitaires.

Plusieurs pays, dont les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, Singapour, le Canada et les Pays-Bas, ont recommandé à leurs citoyens de ne pas se rendre en Thaïlande pour le moment. Soulignant que «le centre-ville de Bangkok risque d’être inondé», le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) déconseille aux Suisses de se rendre dans l’agglomération de Bangkok et dans le centre du pays. (ATS)

La BNS prête à de nouvelles mesures pour affaiblir le franc

La Banque nationale suisse est prête à intervenir encore sur le marché des devises pour affaiblir le franc, deux mois après sa première intervention. Pour son président, Philipp Hildebrand, la monnaie helvétique est encore surévaluée, a-t-il déclaré dans la «NZZ am Sonntag».

«Au cours actuel, le franc est encore à un niveau très élevé face à l’euro. Nous nous attendons à ce qu’il s’affaiblisse encore avec le temps. Mais si tel n’était pas le cas, cela pourrait engendrer des tendances déflationnistes et exercer une pression énorme sur l’économie.»

Quant à savoir si ce cours plancher devrait désormais se situer à 1,30 franc, Philipp Hildebrand ne s’est pas prononcé. «Nous surveillons les données et nous prendrons des mesures si nécessaire», a-t-il déclaré.

Le 6 septembre, la banque centrale est déjà intervenue pour lutter contre l’appréciation du franc, fixant un taux plancher de 1,20 franc pour un euro afin d’éviter un raffermissement excessif de la devise helvétique, qui pénalise les exportateurs suisses. Depuis, un relèvement de ce cours plancher par la BNS a régulièrement été évoqué par les marchés, mais l’institut d’émission ne s’est jamais prononcé sur la question. (ATS)

Le groupe russe Gaszprom inaugure mardi son gazoduc entre la Russie et l’Europe

L’inauguration mardi à Lubmin du gazoduc Nord Stream, nouvelle autoroute du gaz entre la Russie et l’Europe via la Baltique, célèbre un chantier titanesque dont l’idée avait été lancée dès 1997. Nord Stream est composé de deux conduites posées au fond de la mer Baltique. L’une doit être inaugurée mardi et la deuxième à construire d’ici la fin 2012.

Chaque conduite mesure 1224 kilomètres de long et est composée d’environ 100’000 tronçons pesant chacun 24 tonnes, et d’un diamètre intérieur de 1,15 mètre. Les conduites reposent à une profondeur d’entre 80 et 110 mètres. Une fois posées, la capacité du gazoduc atteindra jusqu’à 55 milliards de mètres cubes par an, de quoi couvrir selon ses propriétaires les besoins de 26 millions de foyers.

La construction de Nord Stream, selon ses promoteurs «le plus grand projet d’infrastructure jamais mené en mer Baltique», a débuté en avril 2010. Elle a nécessité le recours à trois navires spécialisés et l’emploi de plus de 1000 personnes, selon le consortium chargé du projet.

Ce consortium (Nord Stream AG), dont le siège est à Zoug, est dominé par le producteur de gaz russe Gazprom. Le groupe public détient 51% de Nord Stream. Il est associé aux allemands BASF et EON (chacun 15,5%), ainsi qu’au néerlandais Gasunie et au français GDF Suez (chacun 9%). Le budget de Nord Stream est de 7,4 milliards d’euros. 30% de cette somme est apportée par les membres du consortium. Le reste provient de crédits accordés par une vingtaine de banques. (ATS)

Trois morts dans les intempéries dans le Var

Les intempéries ont durement touché le département français du Var dans la nuit de samedi à dimanche. Un couple de retraités est décédé à Bagnols en Forêt, dans l’est du département, a annoncé la préfecture. Les sapeurs-pompiers ont réalisé environ 1200 interventions, dont une trentaine d’hélitreuillages, et procédé à 600 évacuations. Plusieurs cours d’eau sont sortis de leur lit comme le Carami à Brignoles et l’Argens dans le nord-est du département, une zone déjà touchée par les inondations de juin 2010 qui avaient fait 23 morts et deux disparus.

Météo France a maintenu la vigilance orange pour le département en raison d’un risque d’orages, de pluie-inondation et de vagues-submersion jusqu’à 16h00 au moins. (ATS)

Jean-Pierre Chevènement candidat à l’élection présidentielle française

L’ancien ministre Jean-Pierre Chevènement, 72 ans, président d’honneur du Mouvement républicain et citoyen (MRC), a officialisé samedi soir au journal télévisé de France 2 sa candidature à l’élection présidentielle française de 2012.

Jean-Pierre Chevènement se préparait depuis plusieurs mois, mais sa candidature était jugée peu crédible par beaucoup d’observateurs. Elle n’est actuellement pas testée par les instituts de sondage et il faut désormais qu’il réunisse les 500 parrainages de maires nécessaires à sa candidature. (ATS)

SAMEDI 5 NOVEMBRE

Près de 600 évacuations préventives dans les Alpes-Maritimes en raison des intempéries

Trois cents personnes ont été évacuées de leur domicile samedi matin par mesure de précaution dans le département des Alpes-Maritimes, en raison des fortes précipitations qui s’abattent sur la zone depuis jeudi, a indiqué Eric Ciotti, le président du conseil général.

Quatre autres routes départementales inondées étaient toujours fermées en début d’après-midi et une voie sur berge entre l’aéroport de Nice et l’autoroute, inondée par la crue du Var, a été interdite à la circulation. Pour autant, l’aéroport restait accessible. En montagne, quatre cols ont été fermés. (AFP)

Libéria: tension entre les deux candidats à la présidentielle

La tension est montée d’un cran samedi au Liberia entre l’opposant Winston Tubman, et la présidente sortante Ellen Johnson Sirleaf. Le premier a appelé à boycotter le second tour de la présidentielle prévu mardi, la seconde l’a accusé «de violer la Constitution».

L’appel de M. Tubman à boycotter le scrutin est susceptible de provoquer une reprise des violences dans un pays encore hanté par le spectre de guerres civiles qui, de 1989 à 2003, ont fait quelque 250’000 morts, détruit ses infrastructures et son économie.

La présidente sortante, première femme démocratiquement élue chef d’un Etat africain en 2005, a tenu à rappeler que le premier tour avait été surveillé par quelque 4800 observateurs qui ont tous conclu à son caractère «libre, transparent et équitable». (ATS)

Damas libère 553 prisonniers politiques

A l’occasion de la fête Al-Adha, les autorités syriennes ont libéré 553 personnes arrêtées lors de la répression de la révolte contre le régime de Bachar el-Assad, a annoncé samedi l’agence officielle Sana. Cette dernière a fait état en outre de «la libération récemment de 119 autres détenus», sans fournir de détails notamment si leur arrestation est liée à la contestation.

Vendredi, les autorités ont promis une amnistie aux détenteurs d’armes, qui se rendraient à la police entre le 5 et le 12 novembre. Mercredi, le régime a accepté «sans réserves» un plan de la Ligue arabe qui prévoit un arrêt total des violences, la libération des personnes arrêtées dans le cadre de la répression, le départ de l’armée des villes et la libre circulation des observateurs et médias internationaux, avant l’ouverture d’un dialogue entre le régime et l’opposition.

Mais la répression n’a pas faibli depuis, sept personnes auraient été tuées samedi à travers le pays, selon un opposant basé à Londres. Depuis la mi-mars, le régime du président Bachar al-Assad est secoué par une révolte populaire sans précédent dont la répression a fait 3000 morts, selon l’ONU. (ATS)

La secte islamiste Boko Haram revendique les attaques qui ont fait 63 morts vendredi au nord du Nigéria

Un membre de la secte islamiste Boko Haram a revendiqué samedi les dernières attaques en série à l’explosif qui ont causé la mort de 63 personnes dans le nord-est du Nigeria. Nous sommes responsables des attaques dans Borno (Etat dont la ville de Maiduguri est la capitale) et Damaturu, a affirmé par téléphone ce membre de la secte, Abul Qaqa.

Vendredi, des islamistes présumés ont attaqué à la bombe des postes de police et des églises dans la ville de Damaturu, dans le nord-est du Nigeria, a indiqué samedi un responsable de la Croix-Rouge.

Le nord-est du Nigeria, pays le plus peuplé d’Afrique avec plus de 160 millions d’habitants, est la proie de fréquentes attaques de la part des combattants de la secte islamiste Boko Haram. Le nord du Nigeria est majoritairement musulman, avec des minorités chrétiennes, le sud à dominante chrétienne. (AFP)

Conseil fédéral: les jeunes socialistes favorables au ticket Maillard-Berset

Les jeunes socialistes (JUSO) ont choisi un ticket Pierre-Yves Maillard et Alain Berset pour l’élection au Conseil fédéral. Les quatre candidats officiels à l’investiture socialiste se sont déplacés samedi à Liestal (BL) devant les délégués de la Jeunesse socialiste.

Le conseiller d’Etat vaudois Pierre-Yves Maillard a remporté le plus de suffrages (94 voix) devant le conseiller aux Etats fribourgeois Alain Berset (79 voix), la conseillère nationale tessinoise Marina Carobbio Guscetti (75 voix) et le conseiller national valaisan Stéphane Rossini (53 voix).

Le choix du double ticket Maillard-Berset sera communiqué à la direction du Parti socialiste (PS) suisse. Le comité directeur socialiste entendra le 18 novembre les quatre candidats et le groupe parlementaire en fera de même le 25 novembre. L’élection au Conseil fédéral aura lieu le 14 décembre. (ATS) > Lire. Les sabre et le fleuret

La France devrait présenter lundi son plan d’austérité

Le gouvernement français et le président Nicolas Sarkozy s’efforcent ce week-end de mettre la dernière main à un nouveau plan d’austérité, qui devrait être présenté lundi. Il pourrait comprendre un nouveau taux de TVA et une possible nouvelle journée travaillée pour l’Etat.

Alors que des réunions se déroulaient à Paris, le premier ministre François Fillon, en déplacement à Morzine (Haute-Savoie), a parlé «d’heure de vérité» et présenté comme inévitables les sacrifices pour un retour à l’équilibre des comptes publics.

Ce sera le second plan d’austérité depuis fin août après une série de nouvelles taxes décidées à l’époque sur les boissons sucrées et avec édulcorants, certains alcools, le tabac, les assurances complémentaires de santé et certains hauts revenus afin de dégager onze milliards d’euros de recettes nouvelles en 2012.

Ce plan a été rendu insuffisant par la révision de la prévision de taux de croissance de 1,75% à 1% en France pour 2012, ce qui nécessite selon le gouvernement de trouver six à huit milliards d’euros par an. Ces chiffres sont considérés comme encore optimistes par certains économistes, qui annoncent plutôt une récession de 0,1%. (ATS)

Nairobi dédramatise l’attaque de deux touristes suisses au Kenya vendredi

Les professionnels kényans du tourisme cherchaient samedi à dédramatiser l’importance de l’attaque de vendredi contre deux touristes suisses au Kenya. Cet incident, dernier en date d’une série de violences visant des étrangers, est un nouveau coup dur pour ce secteur.

Une touriste suisse a été grièvement blessée et son chauffeur kényan tué vendredi près de la réserve nationale de Shaba (est), à 250 km au nord de la capitale Nairobi. Cette agression ne semble pas avoir visé un citoyen suisse, mais s’inscrire plutôt dans un conflit intercommunautaire au sujet des droits de pâturages. (ATS)

Affaire K.: le TF annule l’acquitement de deux policiers lausannois

Le jeune Erythréen qui accuse des policiers lausannois de l’avoir abandonné près des bois de Sauvabelin et sprayé au poivre le 1er janvier 2006 après une altercation a vu son recours au Tribunal fédéral (TF) accepté. L’affaire retourne au Tribunal cantonal.

Dans un arrêt rendu le 24 octobre, le TF a estimé que le jugement n’avait pas pris tous les éléments en compte. Le Tribunal cantonal a désormais la possibilité de statuer une nouvelle fois lui-même ou de renvoyer l’affaire à l’instance inférieure, a précisé OdilePelet, l’avocate des deux policiers. On ne sait pas du tout quand la décision tombera.

Pour l’avocate, la décision du TF ne signifie pas pour autant que les accusations du jeune homme sont vraies». Contre l’avis du ministère public, trois instances avaient successivement acquitté les policiers poursuivis. (ATS)

Cybercriminalité: la Suisse envisage de coopérer avec l’OTAN

Dans sa lutte contre la cybercriminalité, la Suisse envisage de profiter du savoir-faire de l’OTAN. Un partenariat avec le Cooperative Cyber Defence Centre of Excellence (CCDCOE) de l’organisation militaire est «une possibilité», selon le Département de la défense.

La porte-parole du Département de la défense, de la protection de la population et des sports (DDPS), Silvia Steidle, a confirmé samedi l’information parue dans la «Südostschweiz» et l’«Aargauer Zeitung». En collaborant avec la CCDCOE, les experts suisses auraient des informations et des connaissances supplémentaires.

L’OTAN a créé à Tallinn (Estonie) en 2008 la CCDCOE pour lutter contre la cybercriminalité. «Il y a déjà des contacts entre experts mais le groupe de travail Cyber Défense du DDPS n’a mené actuellement aucune discussion officielle», a ajouté Silvia Steidle.

Malgré des standards sécuritaires élevés, la Suisse entend se prémunir davantage contre le piratage. Le Conseil fédéral a créé en décembre 2010 un groupe de travail «Cyber Défense» pour affiner sa stratégie. Le gouvernement présentera au printemps 2012 sa vision dans ce domaine. (ATS)

Elections fédérales: le PBD favorableaux collaborations avec d’autres partis

Le PBD veut collaborer avec d’autres partis mais ne souhaite pas fusionner. Hans Grunder, le président du parti réuni samedi à Chiètres (FR) en assemblée des délégués, a déclaré avoir besoin de travailler avec les «forces constructives». «Au niveau arithmétique, il serait peut-être plus simple de fusionner avec d’autres en vue de l’élection au Conseil fédéral du 14 décembre, a indiqué Hans Grunder. Mais ce dont nous avons besoin, c’est de resserrer les rangs avec les forces constructives».

Les sondages ont montré que près de la moitié des Suisses sont derrière Eveline Widmer-Schlumpf, a ajouté M. Grunder qui se réjouit que la conseillère fédérale soit toujours à disposition pour continuer sa fonction. Le Parti bourgeois-démocratique (PBD) se félicite du résultat «sensationnel» obtenu lors des élections fédérales. Il veut contribuer à stopper la polarisation de la politique suisse. (ATS)

Au moins sept morts dans des intempéries au nord de l’Italie

De fortes pluies se sont abattues vendredi sur la Ligurie, dans le nord-ouest de l’Italie. Elles ont fait au moins sept morts dont deux enfants, rapportent les pompiers. Gênes a été particulièrement touchée. Des images diffusées à la télévision montrent des voitures en train de flotter et des habitants de Gênes marchant avec de l’eau jusqu’aux genoux. Les autorités ont jugé la situation «extrêmement sérieuse».

La semaine dernière, le gouvernement italien avait décrété l’état d’urgence en Ligurie et en Toscane, à la suite de pluies diluviennes qui ont causé la mort d’au moins dix personnes. Samedi, de fortes pluies sont encore attendues en Ligurie, mais aussi au Piémont et au Val d’Aoste (nord-ouest). (Agences)

La religion sera absente de la Constitution tunisienne, assure Ennahda

La religion sera absente de la nouvelle Constitution tunisienne, assure le parti islamiste Ennahda qui a remporté les premières élections libres du pays. Le futur texte fondamental accordera en revanche une place importante aux questions des droits de l’homme, de la démocratie et de l’économie de marché.

«Nous ne voulons pas imposer un style de vie particulier», a déclaréle chef d’Ennahda, Rachid Ghannouchi. Le gouvernement, dont la composition doit être dévoilée la semaine prochaine, n’introduira pas le principe de la charia ni d’autres principes islamiques susceptibles de rogner sur le caractère laïque de la Constitution en vigueur sous le président déchu Zine ben Ali. (ATS)

Le chef des Farc tué par l’armée colombienne

La Colombie a annoncé vendredi avoir abattu le chef des Farc Alfonso Cano dans une opération militaire. Sa mort est une victoire stratégique pour le président Juan Manuel Santos, élu l’an passé sur la promesse de mener une lutte sans merci aux guérilleros. Alfonso Cano dirigeait les Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc) depuis 2008 et la mort du fondateur du mouvement, Manuel Marulanda Velez. Sa mort, annoncée par le ministre de la Défense, fait suite à celle l’an passé du chef militaire des Farc, Mono Jojoy.

La disparition du chef des Farc ne devrait toutefois pas mettre un terme à cinquante ans d’une guerre qui a fait des dizaines de milliers de victime. Mais elle va amoindrir la capacité opérationnelle du groupe. La guérilla retient toujours une quinzaine de soldats colombiens et Santos refuse d’ouvrir un dialogue de paix tant que ceux-ci n’auront pas été libérés. Depuis 2008, les guérilleros ont relâché 20 otages. Dix-neuf autres ont été libérés par l’armée, dont l’ex-candidate à l’élection présidentielle, la Franco-Colombienne Ingrid Betancourt. (ATS)

Le jury du procès Jackson clôt son premier jour de délibérations

Les sept hommes et cinq femmes du jury, qui ont commencé leurs délibérations vendredi matin, à huis clos et pour une durée indéterminée, ont suspendu leurs travaux vers 16h00. Les délibérations reprendront lundi matin à 8h30, a précisé la Cour supérieure de Los Angeles dans un communiqué.

Toute la journée, des dizaines de fans ont attendu devant la Cour supérieure de Los Angeles, dans l’espoir d’un verdict rapide. Ils sont repartis déçus et bredouille vendredi soir, trempés de surcroît par une série d’averses. Sur certaines pancartes, on pouvait lire: «Un ticket pour la prison» ou «En prison et jetez la clé!

Le Dr Murray, un cardiologue de 58 ans, est poursuivi pour homicide involontaire. Il risque, en cas de condamnation, jusqu’à quatre ans de prison. Le parquet l’accuse d’avoir fait preuve de «négligence criminelle» dans les soins apportés à Michael Jackson, dont il était le médecin personnel pendant les deux mois ayant précédé sa mort.

Le «roi de la pop» a succombé le 25 juin 2009 à l’âge de 50 ans à une «grave intoxication» au propofol. Il utilisait ce puissant sédatif comme somnifère avec la complicité de son médecin, qui a reconnu lui en avoir administré le matin de sa mort. (ATS)