Dimanche 23 janvier

Secret bancaire: l’ex-banquier Rudolf Elmer placé en détention préventive

L’ex-banquier Rudolf Elmer, condamné mercredi à huit mois de prison avec sursis pour violation du secret bancaire, a été placé samedi en détention préventive. La décision est justifiée par un risque de destruction de preuves et un fort soupçon de culpabilité, a indiqué son avocate. Une décision contre laquelle Rudolf Elmer va recourir.

Rudolf Elmer avait été arrêté mercredi soir dans son garage, peu après sa condamnation à une peine pécuniaire de 7200 francs avec sursis pendant deux ans par le Tribunal de district de Zurich. La procureure avait requis huit mois de prison ferme.

La raison de cette nouvelle arrestation et de l’ouverture d’une nouvelle procédure sont les deux disques de données bancaires que l’ex-banquier a remis lundi à Londres au fondateur de WikiLeaks, Julian Assange.

Pour le Ministère public zurichois, la remise de ces deux disques constitue une violation de la loi sur les banques. Rudolf Elmer peut donc être poursuivi en Suisse même si les disques ont été donnés à WikiLeaks à Londres.

Ce n’est pas l’avis de l’avocate de Rudolf Elmer, qui estime qu’il ne s’agit pas d’une violation du droit suisse. Elle reproche en outre au Ministère public de baser ses soupçons de violation du secret bancaire sur des articles de presse.

Rudolf Elmer a été pendant huit ans responsable de la filiale de la banque Julius Baer aux Iles Caïmans. A son procès, il a expliqué aux juges que les activités de la banque étaient «immorales, non conformes à l’éthique et avaient pris un tour criminel».

Il a reconnu avoir emporté des données bancaires lors de son licenciement en 2002. Il a aussi admis avoir envoyé des courriels de menace à son ancien employeur. (AFP)

Belgique: des milliers de Belges crient leur ras-le-bol à Bruxelles

Au moins 15.000 Belges ont commencé à défiler dimanche à Bruxelles dans le cadre d’une marche de «la honte» inédite. But de la manoeuvre: dénoncer la crise politique qui règne dans le pays, privé de véritable gouvernement depuis sept mois et demi. C’est la première fois depuis les dernières élections législatives belges de juin 2009, qui ont débouché sur l’impasse politique actuelle, que les citoyens expriment ainsi bruyamment leur exaspération, dans un pays où les divisions se creusent entre Flamands et francophones.

«Qu’est qu’on veut? On veut un gouvernement», scandaient les protestataires, jeunes pour la plupart et habillés pour certains de combinaisons blanches.Une manière pour les organisateurs, qui ont donné à la manifestation le nom de marche de la «honte», de rappeler la «Marche blanche» qui avait rassemblé quelque 300’000 personnes en 1996 pour protester contre les crimes du meurtrier pédophile Marc Dutroux.

Partis du nord de la capitale, les manifestants devaient rejoindre un grand parc royal proche du centre, le parc du Cinquantenaire, pour y entendre des discours exhortant les partis politiques à mettre fin au blocage que connaît le pays. «Un gouvernement et vite!», pouvait-on lire sur des calicots dans le cortège, ou encore «Se diviser? pas entre nom!».Ce dernier slogan a été le mot d’ordre d’une réunion d’artistes et intellectuels flamands organisée à Bruxelles vendredi soir et qui a fait grand bruit. Les participants y ont dénoncé avec force la ligne nationaliste et indépendantiste défendue par le principal parti flamand, la Nouvelle Alliance Flamande (NV-A), en grande partie à l’origine du blocage politique national.

La Belgique en était dimanche à son 224ème jour sans véritable gouvernement. Elle a battu en janvier le record d’Europe en la matière détenu depuis 1977 par son voisin néerlandais (208 jours). (AFP)

Super-G de Cortina: Vonn empoche la deuxième épreuve comme la première

L’Américaine Lindsey Vonn a remporté dimanche le deuxième super-G de Cortina, deux jours après avoir enlevé le premier, devançant cette fois sur le podium l’Allemande Maria Riesch, leader de la Coupe du monde de ski alpin, et la Suissesse Lara Gut. (AFP)

Coupe du monde à Kitzbühel: l’état de santé de Grugger toujours stable

L’état de santé du skieur autrichien Hans Grugger, victime d’un grave traumatisme crânien après une lourde chute à Kitzbühel jeudi, est toujours stable, a indiqué dimanche la Fédération autrichienne de ski (ÖSV). «Hans Grugger a passé une troisième nuit sans complications aux soins intensifs du service de neurochirurgie de l’hôpital d’Innsbruck», précise l’ÖSV dans un communiqué. «La pression dans la boite crânienne comme la circulation sanguine sont stables», poursuit le communiqué.L’Autrichien de 29 ans, opéré longuement à la tête jeudi après-midi, reste plongé dans un coma artificiel. Il souffre également de lésions aux poumons et de fractures aux côtes.

Le skieur de Bad Hofgastein avait perdu le contrôle à la réception du vertigineux saut de la Mausefalle, dans le haut de la redoutable piste de la Streif, un des passages les plus craints par les compétiteurs de la Coupe du monde de ski alpin. (AFP)

Les 7 otages d’Aqmi auraient été dispersés et ne se trouveraient plus au Mali

Les 7 otages (cinq français, deux Africains) aux mains d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) depuis mi-septembre et qui étaient détenus dans le nord-Mali, ont été dispersés et ne sont plus sur le territoire malien, a affirmé dimanche à l’AFP une source malienne proche du dossier. (AFP)

Rubygate: un Italien sur deux pense que Berlusconi doit démissionner

Près d’un Italien sur deux pense que le chef du gouvernement Silvio Berlusconi, impliqué dans le scandale «Rubygate», doit démissionner, selon un sondage publié dimanche dans Le Corriere della Sera.

49% des 800 personnes interrogées mercredi et jeudi estiment que le président du conseil doit partir, contre 45% qui sont d’un avis inverse.

Un résultat qui, analyse le quotidien le plus lu de la Péninsule, est «déterminé par la position majoritairement anti-berlusconienne de l’électorat du centre et, en particulier, de Futur et Liberté», la formation créée par Gianfranco Fini, l’ancien allié et maintenant rival du Cavaliere.

Notant que les intentions de vote pour les différents partis ont peu évolué depuis décembre, avec le parti du Peuple de la liberté (PDL) de Berlusconi toujours aux environs de 30%, le journal estime que l’affaire, qui fait depuis des jours la Une des quotidiens, n’ «a eu jusqu’ici qu’un effet: un détachement accru de la politique et une augmentation de l’indécision et de la tentation de l’abstention».

Silvio Berlusconi, déjà fragilisé par l’effritement de sa majorité, est empêtré dans une nouvelle affaire sexuelle, l’enquête «Rubygate», dans laquelle il est soupçonné d’avoir eu recours à une prostituée mineure et d’abus de fonctions par le parquet de Milan (nord).

Il a réitéré samedi dans un message téléphonique lors d’une réunion du PDL qu’il n’était pas question pour lui de démissionner: «je ne fuis pas, je ne démissionne pas». Il s’en est également à nouveau pris aux juges, assurant avoir «été soumis à des écoutes et espionné non suite à la suspicion d’un délit mais pour chercher des hypothèses de délit». (AFP)

Grande-Bretagne: le scandale des écoutes illégales pourrait faire tache d’huile

Le scandale des écoutes téléphoniques illégales - qui a coûté son poste vendredi au directeur de la communication de David Cameron - était «une pratique courante» dans les tabloides britanniques, selon des déclarations d’un avocat reprises dimanche dans la presse nationale.Mark Lewis a indiqué représenter les intérêts de quatre personnalités, qui se disent avoir été victimes d’écoutes téléphoniques illlégales de la part d’organes de presse entre 2005 et 2008.Evoquant ces écoutes, il assure que, «c’était presque un jeu d’enfant. C’était une pratique courante».Selon le Sunday Times, deux des victimes seraient des acteurs de série télévisées. Leurs téléphones mobiles auraient été mis sur écoutes pour obtenir des informations confidentielles sur les scénarios.Mais généralement, les écoutes téléphoniques avaient pour but de nourrir les pages «people» des tabloides, dont c’est le fond de commerce.

Le chef de la communication du Premier ministre David Cameron, Andy Coulson, a démissionné vendredi après avoir été la cible de critiques depuis des mois sur son rôle exact dans les multiples écoutes téléphoniques de personnalités menées illégalement dans les années 2005-06 par le tabloïde News of the World, dont il était alors rédacteur en chef.

Andy Coulson avait été nommé en 2007 par Cameron, juste après sa démission de News of the World, qui appartient au groupe de Rupert Murdoch, News Corp.News of the World, premier tabloïde dominical britannique, est accusé d’avoir mis sur écoutes des membres de la famille royale, des hommes politiques ainsi que des stars.

Selon le dominical The Independent on Sunday, les anciens Premiers ministres Tony Blair et Gordon Brown ont tous les deux demandé à la police s’ils figuraient parmi les personnalités mises sur écoutes illégalement. L’un et l’autre ont refusé de commenter cette information.Le député travailliste Chris Bryant, lui même victime d’écoutes, a mis en cause à plusieurs reprises la police, à qui il reproche d’avoir sous estimé l’affaire. (AFP)

Open d’Australie: Schiavone qualifiée pour les quarts de finale

L’Italienne Francesca Schiavone, tête de série numéro 6, s’est qualifiée dimanche pour les quarts de finale de l’Open d’Australie, en battant la Russe Svetlana Kuznetsova 6-4, 1-6, 16-14, au terme de 4h44 d’un match intense et à rebondissements.(AFP)

Portugal: les électeurs se rendent aux urnes pour élire leur nouveau président

Les bureaux de vote ont ouvert dimanche au Portugal pour une élection présidentielle dont le chef de l’Etat sortant Anibal Cavaco Silva, un économiste de centre-droit, est le grand favori dans un contexte de grave crise financière.

Plus de 9,6 millions électeurs sont appelés aux urnes entre 08H00 (locales et GMT) et 19H00. Les premières estimations ne seront connues qu’à 20 heures en raison d’un décalage d’une heure sur l’archipel des Açores.Six candidats sont en lice pour ce scrutin qui, selon les sondages, pourrait être remporté dès le premier tour par Anibal Cavaco Silva, membre du principal parti d’opposition, le Parti social-démocrate (PSD).Selon quatre sondages publiés vendredi au dernier jour de campagne, le président sortant, 71 ans, pourrait recueillir entre 54,6 et 59% des suffrages, à plus de trente points de son principal rival, le poète Manuel Alegre, 74 ans, soutenu par le Parti socialiste du Premier ministre José Socrates et le Bloc de Gauche (extrême-gauche).

Figure très respectée au Portugal, le président de la République représente une autorité morale importante mais ses pouvoirs exécutifs sont limités même s’il dispose du droit de dissoudre le parlement.Depuis la fin de la dictature au Portugal en 1974, tous les présidents candidats à un second mandat ont été réélus.En 2006, Anibal Cavaco Silva - qui fut dix ans chef du gouvernement (1985-1995)- l’avait emporté au premier tour avec 50,5% des suffrages devant Manuel Alegre (20,7%) et l’ancien président socialiste Mario Soares (14,3%).

Comme en 2006, la gauche se présente dimanche en ordre dispersé, avec trois prétendants: Manuel Alegre, Defensor Moura, un socialiste se présentant comme «indépendant», et le communiste Francisco Lopes.Les deux autres candidats sont José Manuel Coelho, un député de l’île de Madère, et Fernando Nobre, président d’une ONG de médecins, seul candidat issu de la société civile et qui pourrait créer la surprise en arrivant en troisième position, toujours selon les sondages. (AFP)

Cyclisme: Armstrong met fin à sa carrière internationale

Lance Armstrong a mis fin à sa carrière internationale à l’occasion de la dernière étape du Tour Down Under d’Australie. Le septuple vainqueur du Tour de France, âgé de 39 ans, avait fait cette annonce avant cette épreuve bouclée au 67e rang.

L’Américain ne s’attendait pas à une célébration particulière pour ses adieux, après une carrière marquée aussi par de nombreuses controverses nées d’accusations de dopage. «Je pars en sachant que j’ai donné le meilleur de moi-même et n’ai nullement besoin qu’on pose une plaque ou que l’on m’érige une statue», avait affirmé avant la course le Texan, dont l’activité sportive devrait se poursuivre par quelques courses aux Etats-Unis et dans des épreuves de VTT et de triathlon. «J’ai gagné sept fois le Tour de France parce que je crois qu’on a changé l’approche de notre sport», avait-il déclaré à cette occasion. «On a révolutionné la manière de s’entraîner, la force mentale dans une équipe, la façon de préparer les courses et de les courir, et la façon de vendre le sport, de raconter les histoires au monde entier».

Une enquête fédérale est en cours dans son pays, lancée après les accusations de dopage portées à son encontre par son ex-coéquipier Floyd Landis.

Lance Amstrong a également rejeté les rumeurs lancées par les médias australiens sur sa volonté de racheter le Tour de France. S’il pense que c’est une «super idée», il estime également que ce serait «cher» et affirme qu’il n’y a jamais eu «la moindre discussion sérieuse» sur cette éventualité.(AFP)

Tunis: arrivée d’un millier de manifestants venus du centre du pays

Un millier de manifestants venus du centre-sud du pays sont arrivés dimanche matin dans le centre de Tunis, ont constaté des journalistes de l’AFP. Ils réclament la démission du gouvernement tunisien de transition «Le peuple vient faire tomber le gouvernement», scandaient les manifestants, parmi lesquels de nombreux jeunes qui ont rejoint la capitale en alternant marche et trajets en véhicules, au sein d’un convoi hétéroclite baptisé «la caravane de la libération». La rue tunisienne proteste quotidiennement contre la mainmise de caciques de l’ancien régime sur le gouvernement de transition formé lundi. (AFP)

Centrafrique: les citoyens se rendent aux urnes

Les Centrafricains ont commencé à voter dimanche matin pour les élections présidentielle et législatives. Ils doivent notamment choisir leur chef de l’Etat parmi cinq candidats en lice, dont le sortant François Bozizé. Le vote devait commencer à 06H00 (05H00 GMT) mais des retards ont été constatés dans la plupart des bureaux, selon différents témoins et médias contactés par l’AFP.

Arrivé au pouvoir en 2003 par un coup d’Etat, puis élu en 2005, le président François Bozizé part favori.Ses principaux adversaires sont l’ancien président (1993-2003) Ange-Félix Patassé, qu’il a renversé, l’ex-Premier ministre Martin Ziguélé 2001-2003) - ancien assureur qui bénéficie d’une réputation de bon gestionnaire - et Jean-Jacques Demafouth, ancien ministre de la Défense et représentant d’un des principaux groupes de rebels. (AFP)

Samedi 22 janvier

Haïti: la tension monte avant l’exament des contestations électorales

Alors que les plaintes s’accumulent contre l’ex-dictateur Jean-Claude Duvalier revenu en Haïti en pleine crise politique, des candidats à la présidentielle ont appelé la population à manifester dimanche pour réclamer l’annulation du scrutin en raison des fraudes.

La publication des résultats préliminaires du premier tour début décembre avait suscité trois jours d’émeutes dans le pays. Une mission d’enquête de l’Organisation des Etats américains (OEA) a conclu que des fraudes avaient faussé les résultats. «Il n’y a qu’une seule voie, c’est l’annulation totale des élections», a assuré Jean-Henry Céant, un des douze candidats à la présidence qui ont appelé les Haïtiens à se mobiliser dimanche matin dans la capitale Port-au-Prince.

Le second tour de l’élection, initialement prévu le 16 janvier, a été repoussé sine die. L’OEA a recommandé de rétrograder en 3e position le candidat du pouvoir Jude Célestin (22%) et de qualifier le chanteur populaire Michel Martelly (21%), en le portant à la deuxième place derrière l’ancienne Première dame Mirlande Manigat, arrivée en tête avec 31% des voix.

Selon l’ONU, le tribunal électoral haïtien a commencé à enregistrer vendredi les premières contestations du scrutin du 28 novembre, avant la publication des résultats définitifs du premier tour par le Conseil électoral haïtien (CEP) le 31 janvier. Charles Henry Baker, un candidat à la présidence, a introduit une demande d’annulation du scrutin.Michel Martelly, alias «Sweet Micky», a pour sa part appelé vendredi ses partisans à protester pour faire respecter le rapport de l’OEA: «Le rapport des experts montre que nous sommes en deuxième position, si ces résultats ne sont pas respectés, nous allons manifester pacifiquement dans les rues».

Sur un autre front, la justice haïtienne est saisie d’une accumulation de plaintes individuelles contre Jean-Claude Duvalier, après son retour au pays à la surprise générale le 16 janvier après 25 ans d’exil en France.Six plaintes ont déjà été déposées contre le «président à vie» (1971-1986) pour violation des droits de l’homme, et d’autres pourraient suivre, a affirmé à l’AFP le procureur général Aristidas Auguste. Duvalier est déjà poursuivi par la justice haïtienne pour corruption, détournement de fonds publics et association de malfaiteurs.

France: plusieurs milliers de manifestants pour la démocratie en Tunisie

Plusieurs milliers de personnes ont manifesté samedi à Paris et dans plusieurs villes de France pour soutenir la «révolution de Jasmin» en Tunisie et demander le départ des caciques de l’ancien régime de Ben Ali encore présents dans le gouvernement de transition.Entre 800 personnes selon la police et 2000 selon les organisateurs se sont mobilisés dans la capitale, entre 800 et un millier à Lyon (centre-est), et des centaines dans d’autres ville de France (comme Grenoble dans le centre, Nantes dans l’ouest, ou Nice dans le sud). Essentiellement d’origine tunisienne ou maghrébine, les manifestants ont scandé: «Dissolution du RCD» (Rassemblement constitutionnel démocratique) au pouvoir sous le régime de Ben Ali«Epuration du gouvernement» scandaient à Paris les manifestants essentiellement d’origine tunisienne et maghrébine, a indiqué Mouhieddine Cherbib Comité pour le respect des libertés et des droits de l’homme en Tunisie (CRLDHT).

Depuis la chute le 14 janvier dernier du président Zine El Abidine Ben Ali et suite à l’annonce le 17 janvier de la formation d’un «gouvernement d’union nationale» par le Premier ministre sortant Mohammed Ghannouchi, les Tunisiens manifestent pour se débarrasser des membres de l’ancien régime, maintenus malgré les promesses de rupture.A Lyon, parfois drapés du drapeau tunisien, des manifestants portaient des pancartes où l’on pouvait lire «Ghannouchi = RCD = Ben Ali, la Tunisie n’en veut plus» ou «Non à la tartufferie de l’équipe à Ben Ali» ou bien encore «Non à la récupération de la Révolution».Abdel Aziz Chaambi, du Comité contre le racisme et l’islamophobie (CRI), a déclaré: «Aujourd’hui rien n’est acquis. La tête de la pieuvre est tombée mais ses tentacules tiennent encore le pays.»

»On a le sentiment que ça va dans le bon sens mais il n’est pas évident que les prochaines élections seront totalement démocratiques. Au préalable, il faudrait refonder la Constitution dont certains articles pourraient faire le lit d’un nouvel autoritarisme», a déclaré à l’AFP Abir Krefa, 32 ans.

Mohammed Ghannouchi s’est engagé à quitter la politique après les élections prévues d’ici six mois et d’abroger «toutes les lois antidémocratiques». Mais des milliers de Tunisiens, dont de nombreux policiers, ont de nouveau manifesté samedi contre son gouvernement. (AFP)

Kitzbühel, une coupe du monde très critiquée

La Fédération internationale de ski (FIS) a brandi samedi la menace de sanctions contre Ivica Kostelic, qui avait critiqué son manque de réaction à la suite de la grave chute de l’Autrichien Hans Grugger jeudi à Kitzbühel. «Nous allons vérifier les déclarations, a indiqué le directeur des compétitions hommes, Günter Hujara. Le jury et le comité d’organisation ne tolèreront pas d’être accusés d’actes criminels». Ivica Kostelic, le leader du classement général de la Coupe du monde de ski alpin, avait regretté que le saut où l’Autrichien avait perdu le contrôle ait peu de chance d’être modifié: «Ce saut va probablement rester tel qu’il est et pour moi c’est inadmissible. Quand (le pilote brésilien de Formule 1 Ayrton) Senna a eu son accident mortel à Imola (en 1994), il y a eu comme un séisme à la Fédération internationale de l’automobile (FIA). Ils ont tout changé, même les règles. Et on voit quelle attention ils portent à la sécurité aujourd’hui», a ajouté le Croate. Ce à quoi, Günter Hujara a rétroqué samedi: «Le saut a 3 cm de moins que l’an passé et l’inclination est de 2 grades plus faible. Nous pouvons donner les informations GPS. Des contre-vérités ont été dites».Les sanctions pourront prendre la forme d’une amende allant jusqu’à 5000 francs suisses pour «comportement anti-sportif» ou même des poursuites judiciaires, a-t-il encore ajouté.(AFP)

Afghanistan: accord pour l’ouverture de la nouvelle législature

Le président Hamid Karzai et des députés afghans sont parvenus à un accord aux termes duquel il inaugurera la nouvelle législature mercredi prochain, ont annoncé samedi deux députés à l’AFP. Selon les dires de l’un des parlementaires, Gul Pacha Majidi, les députés s’engagent à reconnaître les décision du tribunal spécial créé par le Président pour régler le contentieux relatif aux résultats controversés des élections législatives de septembre dernier. (AFP)

Naissance de la section genevoise du parti pirate suisse

Le Parti pirate suisse (PPS) a franchi la Sarine, avec la création samedi à Genève d’une nouvelle section cantonale, présidée par Will van Gulik et forte d’une trentaine de membres. Il s’agit de la cinquième section cantonale du PPS.

Fondé en 2009, le PPS est présent à Zurich, à Berne, à Bâle-Ville et Campagne, réunis en une section, et en Argovie. Une sixième section sera créée le 29 janvier à Fribourg. «Une section vaudoise doit voir le jour en février», a indiqué à l’ATS Will van Gulik. Le parti compte 1250 membres.

Il vise un ou deux sièges au Parlement lors des élections fédérales d’octobre. Selon Will van Gulik, il est encore trop tôt pour dire si la section lancera un candidat genevois. Quant à la question des élections municipales, qui auront lieu en mars à Genève, elle n’est pas à l’ordre du jour.

Refusant une logique gauche-droite, le PPS milite notamment pour la protection des données privées sur Internet et la suppression de la taxe sur les médias vierges. Il conteste les monopoles et brevets protégeant musiques, films et jeux. Le parti revendique un accès gratuit au savoir, à la culture et aux médias.(ATS)

Des milliers d’Ukrainiens manifestent contre le régime de Ianoukovitch

Plusieurs milliers d’Ukrainiens, dont l’ancien Premier ministre Ioulia Timochenko, ont manifesté samedi dans le centre de Kiev contre le régime du président Viktor Ianoukovitch, accusé d’être aux ordres du Kremlin et de réprimer l’opposition.

Près de 6.000 de personnes se sont rassemblées dans le calme sur la place Sainte Sophie, à l’appel de plusieurs partis d’opposition pro-occidentale à l’occasion du 92e anniversaire de la réunification de l’Est et de l’Ouest de l’Ukraine, a constaté une journaliste de l’AFP.

L’équipe du Président Ianoukovitch, en poste depuis février 2010, est accusée par ses détracteurs de persécuter les opposants, militants nationalistes et défenseurs des droits de l’homme. L’Occident a exprimé son inquiétude devant la «justice sélective» en Ukraine.

Des centaines de jeunes ont par ailleurs formé samedi une chaîne vivante sur un pont de Kiev unissant symboliquement les rives droite et gauche du Dniepr pour célébrer la réunification en 1919 de la République Populaire d’Ukraine et de la République Populaire d’Ukraine Occidentale en un seul État.(AFP)

Algérie: blessés et arrestations en nombre lors d’affrontements à Alger

Des dizaines de personnes ont été blessées samedi à Alger lors de heurts entre les forces de l’ordre et des partisans de l’opposition qui tentaient de se rendre à une manifestation pour la démocratie interdite par les autorités.

Après les affrontements avec la police, un petit groupe de partisans du RCD (le principal parti d’opposition représenté au Parlement algérien)est resté devant le siège du parti, scandant «les autorités sont des assassins» et «Une Algérie libre et démocratique.» Ils se sont finalement dispersés après six heures de face-à-face avec les forces de l’ordre.

Sur la Place du 1er mai, où devait se tenir la manifestation, seuls une quinzaine de manifestants étaient rassemblés, selon un journaliste de Reuters présent sur place. En revanche, plusieurs centaines de policiers en tenue anti-émeutes se tenaient à proximité dans des véhicules et un hélicoptère de la police survolait le centre de la ville.

L’AFP a été témoin de plusieurs arrestations musclées, concernant pour la plupart des jeunes. L’un d’eux a été traîné par cinq hommes en civil dans la rue vers l’entrée d’un immeuble où il lui ont passé les menottes.

L’Algérie a vécu au début de janvier cinq jours d’émeutes contre la vie chère qui ont fait cinq morts et plus de 800 blessés. Le mouvement s’est arrêté après l’annonce par le gouvernement de mesures baissant les prix des produits de première nécessité. (ATS)

WEF 2011: près de 200 anti-capitalistes ont défilé dans les rues de St-Gall

Près de 200 opposants à la globalisation ont pris part samedi après-midi à une manifestation anti-World Economic Forum (WEF) organisée dans les rues de St-Gall. L’événement, qui avait reçu le feu vert préalable de la police municipale, s’est déroulé sans incidents.

Après un discours, le cortège s’est mis en marche. Les détracteurs du grand raout économique, qui débutera le 26 janvier, ont parcouru les rues du centre-ville, escortés par quelques policiers. Le défilé a évolué sous l’oeil étonné des St-Gallois venus faire leurs emplettes du week-end.

Une large banderole rouge placée en tête de la troupe appelait à reprendre possession du futur en mains capitalistes, et à «démanteler le WEF». Un peu plus loin, un chariot surmonté de slogans était tiré par les membres du cortège. La manifestation était en outre rythmée par le bruit des pétards. (ATS)

Irlande: le premier ministre démissionne de la tête de son parti

Le Premier ministre irlandais Brian Cowen a annoncé sa démission de la direction de son parti Fianna Fail lors d’une conférence de presse samedi. (AFP)

Le PDC recommande de rejeter l’initiative «pour la protection face à la violence des armes»

Le PDC a décidé de refuser l’initiative «pour la protection face à la violence des armes» samedi à Pratteln suite à une discussion animée à l’issue de laquelle 149 voix contre 110 se sont élevées contre la proposition. La direction du parti et la majorité du groupe parlementaire avaient déjà pris position contre l’initiative, alors que les Femmes PDC et la section cantonale zurichoise s’étaient au contraire prononcées pour l’initiative. Pour les opposants, un «oui» à l’initiative ruinerait la confiance de l’Etat dans le citoyen. Le texte ne vise en fait qu’à supprimer l’armée à terme. Pour les PDC du Valais romand, «il faut voter «non» car on ne peut pas savoir si un monde sans arme sera un monde meilleur.»

Pour les partisans, chaque suicide avec une arme d’ordonnance est une mort de trop. Pour les Femmes PDC, l’arme doit être à l’arsenal et non dans la cave. Moins d’armes signifie moins de suicides de jeunes. Les valeurs chrétiennes défendues par le PDC devraient inciter à soutenir l’initiative.

Lors du congrès, le conseiller national des Verts Geri Müller a défendu le point de vue des initiants. Quant au conseiller d’Etat de Bâle- Campagne Peter Zwick, il s’est exprimé au nom des opposants.

Tennis: Rafael Nadal a battu l’Australien Bernard Tomic en seizième de finale

Battu 6-2 7-5 6-3, Bernard Tomic a contraint le no 1 mondial à guerroyer 2h25’ sur le court. Après avoir galvaudé une balle de 2-0 dans le premier set, Tomic a mené 4-0 dans la deuxième manche. Seulement, Rafael Nadal a refusé de laisser filer ce set. Il recollait au score à 4-4 avant de signer un troisième break à 5-5 pour prendre le large dans ce match.

«Je joue bien mais je dois encore gagner en agressivité d’ici mon huitième de finale», avouait Nadal qui affrontera Marin Cilic (no 15) lundi. Le gaucher de Manacor est à quatre victoires du Rafa Slam, c’est-à-dire devenir le premier joueur de l’histoire à gagner quatre tournois du Grand Chelem à la suite sur trois surfaces. (ATS)

Congrès du PDC: adoption d’un manifeste de politique énergétique

Le PDC a adopté samedi à Pratteln (BL) un manifeste de politique énergétique avec quatre objectifs: améliorer l’efficacité énergétique, encourager les énergies renouvelables, garantir l’approvisionnement et réduire la dépendance de la Suisse face au pétrole.

Dans son projet de manifeste, le PDC voulait fixer comme objectif de sortir du nucléaire dans 50 ans. Pour y parvenir, il faut choisir une nouvelle voie et une nouvelle stratégie qui assure un approvisionnement durable et renouvelable.

Lors de la discussion, une très courte majorité a toutefois obtenu de supprimer l’objectif de 50 ans. Les centrales actuelles doivent être remplacées par des installations plus sûres et plus puissantes si leur prolongation n’est plus possible pour des questions de sécurité.

Dans son manifeste, le parti propose aussi d’augmenter de 100 millions de francs le fonds pour l’assainissement des bâtiments. L’efficacité énergétique doit avoir la priorité dans les nouveaux bâtiments et les immeubles assainis.

Dans les énergies renouvelables, les pouvoirs publics doivent soutenir le développement des technologies propres (cleantech), les petites centrales hydrauliques et les pompes à chaleur. Des déductions fiscales doivent être accordées à ceux qui s’équipent d’un système de chauffage «plus écologique».

La Suisse doit améliorer son autonomie en matière d’approvisionnement et réduire sa dépendance au pétrole, notamment en encourageant les énergies renouvelables. La Confédération doit de son côté signer un contrat «solide» avec l’UE en matière d’approvisionnement électrique.

Au vote, le manifeste a été adopté par une très large majorité contre 4 oppositions et quelques abstentions.(ATS)

Cortina: victoire de l’Allemande Maria Riesch

L’Allemande Maria Riesch, leader du classement général de la Coupe du monde, a remporté samedi à Cortina sa troisième descente de la saison, devançant nettement les Américaines Julia Mancuso et Lindsey Vonn, qui s’est fait une grosse frayeur sur le parcours.La Bavaroise a repoussé Vonn d’une seconde et Mancuso de 91/100. (AFP)

A Tunis, des centaines de personnes défilent pour demander la démission du gouvernement

Plusieurs centaines de personnes, dont de nombreux policiers, ont commencé à défiler samedi à Tunis, demandant la démission du gouvernement dominé par des caciques du régime du président déchu Ben Ali.Des policiers qui manifestaient en civil et en uniforme devant le siège du gouvernement ont bloqué l’accès du bâtiment au président tunisien de transition, Foued Mebazaa, avant d’être écartés par d’autres policiers.Le groupe de policiers manifestants s’est joint à un autre groupe protestataire, en majorité des employés de mairie, pour réclamer de meilleures conditions de travail et le départ du gouvernement. Les Tunisiens manifestent quotidiennement pour demander la démission du gouvernement d’union nationale formé lundi, trois jours après la fuite en Arabie saoudite du président déchu Zine El Abidine Ben Ali. Vendredi, pour la première fois, des policiers avaient rejoint les manifestations à Tunis et dans plusieurs villes de province. «Nous aussi avons été victimes de Ben Ali, a expliqué un jeune policier de 28 ans sous couvert d’anonymat. Notre vie est aujourd’hui menacée, les citoyens nous prennent pour des tueurs. Le peuple veut se venger, mais nous, nous sommes là pour assurer sa sécurité».Il a aussi demandé, comme l’avaient fait la veille des policiers dans plusieurs villes de Tunisie, la création d’un syndicat pour défendre les droits de la profession.La population tunisienne exprime ouvertement son hostilité à l’égard de la police, instrument privilégié du pouvoir de Ben Ali, qui s’est illustrée dans la répression sanglante de la «révolution de jasmin», qui a fait 100 morts en un mois selon les Nations unies. (AFP)

RDC: Kabila a promulgué le texte sur le scrutin à tour unique

Malgré les contestations de l’opposition, le président de la RD Congo Joseph Kabila a promulgué le texte constitutionnel modifié portant sur l’organisation d’un scrutin à tour unique en vue de la présidentielle du 27 novembre, a-t-on appris samedi de source officielle. Dans une déclaration télévisée, le ministre congolais de la Justice Emmanuel Luzolo Bambi a lu les huit textes décrétés par le chef de l’Etat, dont l’article 71 qui stipule désormais que le président est élu à la majorité simple des suffrages exprimés et non plus à la majorité absolue au second tour.Ces huit articles ont été adoptés le 15 janvier par le Parlement lors d’une session boycottée par l’opposition qui craint un passage en force de Kabila, pressenti pour être candidat à sa propre succession.La majorité présidentielle estime au contraire qu’un scrutin à tour unique est «moins onéreux» et permettra au pays d’éviter une crise post-électorale.(AFP)

Le premier ministre albanais, Sali Berisha, accuse l’opposition d’avoir voulu monter un coup d’Etat violent

A la suite d’une manifestation qui a fait trois morts vendredi à Tirana , le Premier ministre albanais, Sali Berisha, a accusé l’opposition socialiste menée par le maire de la ville, Edi Rama, d’avoir voulu monter un coup d’Etat violent, en s’inspirant de la situation en Tunisie. Il a ajouté «Lui et ces salauds de Ben Ali albanais ont imaginé pour vous, citoyens de l’Albanie, le scénario tunisien».Edi Rama a fermement rejeté ces accusations, rétorquant : «Il n’y a pas eu de tel scénario ». (AFP)

Nucélaire iranien: reprise des discussions à Istanbul

Les discussions sur le nucléaire ont repris samedi matin à Istanbul entre l’Iran et les grandes puissances qui redoutent que Téhéran cherche à se doter de l’arme atomique. La veille, vendredi, les échanges s’étaient soldés par aucune avancée concrète sur la question.

Les réprésentants des Etats-Unis, de la Russie, de la Chine, de la France, de la Grande-Bretagne, de l’Allemagne et de l’Iran se sont rassemblés au Palais de Ciragan, un édifice ottoman dans le centre de la ville turque, pour une nouvelle journée de discussions.

La chef de la diplomatie de l’Union européenne, Catherine Ashton, s’est entretenue en tête-à-tête avec le négociateur en chef du nucléaire iranien Said Jalili. Un échange qualifié par un diplomate occidental proche des discussions de «très peu concluant».

Catherine Ashton est l’intermédiaire du groupe des Six (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Grande-Bretagne, Allemagne) qui exige des garanties sur le programme nucléaire iranien. (ATS)

Des autonomes de gauche ont agité les abords de la réunion annuelle de l’UDC à l’Albisgüetli

Le conseiller national UDC de Zurich Hans Fehr a été jeté à terre par des manifestants alors qu’il se rendait à la traditionnelle réunion du parti agrarien à l’Albisgüetli.

Selon le site Internet de la «Basler Zeitung», une cinquantaine d’autonomes de gauche s’étaient rassemblés devant le centre de conférence. La police est parvenue à les empêcher de pénétrer à l’intérieur et les a dispersé au moyen de balles en caoutchouc et de gaz lacrimogène.

Selon un porte-parole de l’UDC, Hans Fehr aurait été tiré hors de sa voiture et attaqué par un groupe de manifestants qui l’auraient ensuite jeté à terre et battu à coups de pied. Le visage en sang et visiblement en état de choc, Hans Fehr a déclaré à la «Basler Zeitung online» que s’il avait eu une arme, il aurait appuyé sur la gâchette.(ATS)

Plaisante, utile et rentable: la culture dont rêve l’UDC

Un incendie s’est déclaré dans le bâtiment du thermoréseau à Porrentruy

Un incendie s’est déclaré samedi matin dans le bâtiment du Thermoréseau à Porrentruy, a indiqué la police cantonale jurassienne. Des pompiers sont sur place.

Les locaux abritent un chauffage urbain à distance fonctionnant à partir d’énergie-bois et alimentant 254 bâtiments, selon le site Internet de la société Thermoréseau-Porrentruy SA. (ATS)