En 2017, lors des dernières élections législatives, l’Alternative pour l’Allemagne (AfD) avait créé l’événement. Pour la première fois depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, un parti populiste, dont certains membres étaient clairement rattachés à l’extrême droite, entrait au parlement fédéral. Pas par la petite porte, mais par la grande, en s’imposant comme la troisième formation politique du pays avec 12,6% des suffrages. Avec la formation du gouvernement de grande coalition, l’AfD est même devenue la première force d’opposition du Bundestag.