Aller au contenu principal

L’affaire Weinstein, chronique d'un séisme social


Mis en cause par une centaine de femmes pour des abus sexuels entre 2017 et 2018, Harvey Weinstein a été formellement inculpé de viol, d'acte sexuel forcé et de fellation forcée, sur trois femmes différentes. Il plaide non coupable et assure que toutes ses relations sexuelles ont été consenties. Les accusations portées contre lui ont libéré la parole dans bien des secteurs, donnant lieu à la déferlante #MeToo

  • Une journaliste recueille un premier témoignage contre Weinstein

    Dès 2004, Sharon Waxman, alors journaliste au New York Times, affirme avoir recueilli le témoignage d'une femme qui avait conclu avec Harvey Weinstein un accord confidentiel après avoir été agressée sexuellement. Elle affirme avoir été l'objet de pressions de la part d'acteurs et laisse entendre que la direction éditoriale du quotidien aurait cédé à Harvey Weinstein lui-même, qui était au courant de ces investigations, et n'aurait pas publié ces informations. Le prestigieux quotidien américain s’en défend.

  • L’«affaire Weinstein» éclate

    Dans les pages du New York Times, Harvey Weinstein est accusé par plusieurs femmes, dont les actrices vedettes Ashley Judd et Rose McGowan, d’avoir tenté de les masser, de les avoir forcées à le regarder nu ou d’avoir promis de favoriser leur carrière en échange de faveurs sexuelles. Le lendemain, le producteur présente ses excuses et se met en «congé».

    Harvey Weinstein, la chute d’un grand de Hollywood
  • Trois actrices accusent Harvey Weinstein de viol

    Les actrices Asia Argento et Lucia Evans, ainsi qu’une autre femme souhaitant rester anonyme, assurent au magazine The New Yorker qu’elles ont été violées par Harvey Weinstein. D’autres femmes l’accusent dans le même article d’agressions sexuelles, parmi lesquelles Gwyneth Paltrow, Angelina Jolie et Rosanna Arquette. «Toutes les accusations de relations sexuelles non consenties sont réfutées par M. Weinstein», souligne sa porte-parole Sallie Hofmeister. Quelques heures plus tard, l’actrice française Léa Seydoux raconte dans une tribune au Guardian qu’Harvey Weinstein a tenté de l’embrasser, elle aussi, dénonçant au passage l’omerta d’un milieu tolérant ce genre de comportements abusifs.

    L’affaire Weinstein traverse l’Atlantique
  • Ouverture d’enquêtes policières

    Harvey Weinstein fait l’objet d’enquêtes policières aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne. Les investigations de la police new-yorkaise portent sur une agression sexuelle présumée remontant effectivement à 2004, date à laquelle un premier témoignage avait été recueilli par une journaliste du New York Times. L’enquête de la police britannique concerne quant à elle une agression sexuelle qui aurait été commise dans les années 1980 dans la région de Londres.

  • #balancetonporc à la conquête du monde

    Un appel à dénoncer le harcèlement sexuel devient viral sur Twitter, d’abord en France puis dans d’autres pays francophones, sous le hashtag #balancetonporc, donnant lieu à de multiples témoignages visant des agresseurs quasi exclusivement anonymes. L’appel a été lancé par la journaliste française Sandra Muller. Dans son tweet, celle-ci invite à raconter, «en donnant le nom et les détails, un harceleur sexuel que tu as connu dans ton boulot».

    Nicolas Capt: «La vindicte populaire a plusieurs effets indésirables»
  • La parole mondiale libérée sur Twitter, Instagram et Facebook

    Après le lancement des campagne #balancetonporc, #quellavoltache («cette fois où…» en italien), la parole se libère dans le monde entier à coups de mots-dièse sur les réseaux sociaux pour dénoncer les agressions sexuelles; et provoque des centaines de commentaires. Dans ce contexte, l’actrice américaine Alyssa Milano poste un message incitant les femmes victimes de harcèlement sexuel à témoigner sur Twitter en utilisant le mot-dièse #MeToo (#MoiAussi): «Si vous avez été harcelée ou agressée sexuellement, écrivez «moi aussi» dans votre réponse à ce tweet», lance-t-elle.

    Avec #Metoo, les femmes harcelées passent d’Internet à la rue
  • Une enquête ouverte contre Weinstein à Los Angeles

    La police de Los Angeles ouvre une enquête visant le producteur américain Harvey Weinstein pour une agression sexuelle. L’affaire remonterait à 2013. Le même jour, une nouvelle accusatrice détaille son agression sexuelle par Weinstein: Heather Kerr, fondant en larmes lors d’un entretien, raconte que le producteur a «attrapé sa main, l’a placée de force et tenue sur son pénis». Elle ajoute: «C’est comme ça que les choses marchent à Hollywood.»

  • Le réalisateur James Toback accusé de harcèlement par 38 femmes

    Près d’une quarantaine de femmes accusent dans le Los Angeles Times le réalisateur américain James Toback de harcèlement et d’agressions sexuelles, commises sur plusieurs décennies. Dans une longue enquête pour laquelle 31 actrices ou aspirantes actrices sur 38 ont accepté de témoigner à visage découvert, le quotidien californien affirme que James Toback, 72 ans, avait pour habitude de «rôder dans les rues de Manhattan à la recherche de jeunes femmes attirantes».

    De nouvelles accusations d’agressions sexuelles émergent à Hollywood
  • Le photographe Terry Richardson banni de grands magazines

    Connu pour ses photos provocantes et accusé depuis des années de harceler sexuellement des mannequins, Terry Richardson ne peut désormais plus travailler pour de grands magazines comme Vogue ou Vanity Fair. Le quotidien britannique The Telegraph rapporte que le vice-président du groupe Condé Nast International, propriétaire de ces prestigieux magazines, a écrit aux présidents des différents pays où travaille le groupe pour leur demander de ne plus travailler avec le photographe.

  • Des centaines de manifestants défilent à Paris

    Des centaines de personnes se réunissent à Paris et dans plusieurs grandes villes de France pour dénoncer le harcèlement, les agressions et les violences sexuelles. La mobilisation s’inscrit dans le sillage des témoignages publiés sur les réseaux sociaux. «Justice pour les femmes», «Ensemble, brisons le silence», ou «Harcelée c’est non», s'affichent sur les pancartes des participants. Ces rassemblements répondent à un appel lancé notamment sur Facebook par Carol Galand, journaliste au magazine de «voyage utile» QOA.

  • Kevin Spacey présente des excuses

    L’acteur américain révèle son homosexualité, s’excusant auprès de l’acteur Anthony Rapp qui l’a accusé d’avoir été entreprenant à son encontre lors d’une fête en 1986, alors qu’il n’avait que 14 ans. Une autre accusation, d’agression sexuelle cette fois, suivra quelques jours plus tard aux Etats-Unis. Netflix annonce que Kevin Spacey est débarqué de la série «House Of Cards»

    Plusieurs témoignages suivront, notamment en Grande Bretagne: Kevin Spacey fut en effet le directeur artistique d'un théâtre londonien de 2004 à 2015. La police britannique annoncera quelques jours plus tard enquêter sur l'acteur suite à une vingtaine de «témoignages personnels» l'accusant de «comportement déplacé».

     

    Agressions sexuelles: les accusations contre Kevin Spacey se multiplient
  • Tariq Ramadan mis en congé de l’Université d’Oxford

    L’islamologue et théologien suisse Tariq Ramadan, accusé de viol en France et d’abus sexuel sur des mineures en Suisse, est mis en congé de l’Université d’Oxford, en Grande-Bretagne, où il enseigne. «D’un commun accord et avec effet immédiat, Tariq Ramadan, professeur d’études islamiques contemporaines, a pris un congé de l’Université d’Oxford», indique la prestigieuse institution.

    Tariq Ramadan visé par une plainte pour viol et agressions sexuelles
  • Los Angeles crée une cellule spéciale

    Cinq semaines à peine après les premières accusations publiées dans la presse, la procureure de Los Angeles Jackie Lacey annonce la création d’une cellule spéciale pour examiner la déferlante d’accusations d’abus sexuels contre une série de grands noms de Hollywood. Elle souligne toutefois qu’elle n’a reçu aucun dossier susceptible de donner lieu à des poursuites pénales à ce jour, ajoutant dans un communiqué être «en contact avec la police de Los Angeles et de Beverly Hills», qui ont ouvert des enquêtes sur le producteur Harvey Weinstein, le cinéaste James Toback et l’acteur Ed Westwick, entre autres.

    Los Angeles crée une cellule spéciale pour les abus sexuels
  • Louis C.K. admet s'être masturbé devant des actrices contre leur gré

    L’humoriste américain Louis C.K., accusé par cinq femmes d’exhibitionnisme dans les pages du New York Times, reconnaît que ces accusations sont «vraies» et présente des excuses. «Sur le moment, je me suis dit que je ne faisais rien de mal (...)», a-t-il expliqué dans un long communiqué en forme d'acte de contrition envoyé aux médias américains. «Mais ce que j'ai appris plus tard dans ma vie, trop tard, c'est que quand vous avez du pouvoir sur quelqu'un, leur demander de regarder votre sexe n'est pas une question. Pour elles, c'est une situation difficile. Le pouvoir que j'avais sur ces femmes, c'est qu'elles m'admiraient. Et je m'en suis servi de façon irresponsable».

  • Un sénateur démocrate s'excuse après avoir embrassé une femme de force

    Le sénateur démocrate américain Al Franken, un temps considéré comme un potentiel candidat à la présidence du pays, présente ses excuses auprès d'une animatrice de radio qui l'accusait de l'avoir embrassée de force et de l'avoir touchée sans son contentement en 2006. L'élu du Minnesota depuis 2009 et ancien humoriste publie un communiqué destiné à Leeann Tweeden, animatrice et ancienne mannequin. Pendant les répétitions, Al Franken «est venu vers moi, a mis ses mains derrière ma tête, a pressé ses lèvres contre les miennes et a agressivement enfoncé sa langue dans ma bouche», a raconté Leeann Tweeden. La jeune femme l'a repoussé et est partie se rincer la bouche, se sentant «dégoûtée et souillée».

    Par ailleurs, deux femmes parlementaires révèlent qu'au moins deux de leurs collègues masculins, non nommés, ont été des harceleurs sexuels. Le directeur de cabinet d'une élue, accusé de harcèlement, a présente sa démission. Parallèlement, de nouvelles femmes accusent un candidat républicain au Sénat, Roy Moore, d'agression sexuelle il y a des décennies.

     

    Accusé d’abus sexuels, un candidat au Sénat subit un lynchage en force
  • Pour Emmanuel Macron, «C'est notre société entière qui est malade du sexisme»

    Après une hausse spectaculaire des plaintes enregistrées en France pour harcèlement sexuel, la ministre française du Travail, Muriel Pénicaud, demande aux représentants syndicaux et patronaux des «propositions» en matière de prévention du harcèlement au travail, notamment pour combattre le «sexisme ordinaire», selon elle terreau de dérapages. Dix jours plus tard, le président français Emmanuel Macron déclare l'égalité entre les femmes et les hommes «grande cause du quinquennat» et fait observer une minute de silence en hommage aux 123 femmes tuées par leur conjoint ou ex-conjoint en 2016, lors d'un discours à l'Elysée.

    Harcèlement sexuel: le nombre de plaintes explose en France
  • Une victime présumée accuse l’entourage d’Harvey Weinstein, une première

    Une aspirante actrice britannique, Kadian Noble, 31 ans, qui a assigné Harvey Weinstein en justice, met en cause l'entourage du producteur: selon elle, certains membres auraient fermé les yeux sur ses agissements. Lors d'une conférence de presse à New York, celle-ci affirme avoir confié en mai 2016 à une assistante du magnat hollywoodien que celui-ci l'avait agressé sexuellement deux ans plus tôt, à Cannes lors du festival. «Elle m'a dit de lui écrire une lettre». Il n'a pas été question de plainte ou de réparation. Kadian Noble dit avoir alors réalisé que «cet homme (avait) tellement de murs autour de lui. Je n'avais aucune chance (...), donc je n'ai pas écrit la lettre.» Kadian Noble poursuit Harvey Weinstein au civil à New York pour «trafic sexuel», une qualification juridique susceptible de porter sur des actes commis par des citoyens américains hors du territoire des Etats-Unis. Les faits ont été signalés aux autorités françaises, compétentes en matière pénale, car l'incident aurait eu lieu à Cannes.

    Pour la première fois, une victime présumée accuse l’entourage d’Harvey Weinste…
  • Un flot d'accusations s'abat sur Matt Lauer, star de la chaîne américaine NBC

    La chaîne américaine NBC annonce le licenciement pour harcèlement sexuel de son journaliste-vedette Matt Lauer, visé par les accusations de nombreuses femmes. C’est la plainte d’une salariée de NBC quelques jours plus tôt pour «comportement sexuel inapproprié» qui a incité les dirigeants de NBC à agir rapidement, après enquête interne. La direction de la chaîne a reçu «une plainte d’une collègue concernant un comportement sexuel inapproprié de Matt Lauer sur son lieu de travail», souligne le communiqué; «on nous a également présenté des raisons de croire qu’il pourrait ne pas s’agir d’un incident isolé». Le même jour, le site du magazine Variety publie les témoignages de plusieurs autres femmes affirmant, sous couvert d’anonymat, que le présentateur les avait également harcelées sexuellement. En fin d’après midi, le New York Times rapporte que deux femmes ont contacté la chaîne dans la journée pour se plaindre du comportement de Matt Lauer, l’une d’elle évoquant une relation sexuelle non consentie dans le bureau du journaliste, qui fêtera ses 60 ans le 30 décembre.

  • Yannick Buttet visé par une plainte et suspendu de la vice-présidence du PDC Suisse

    Le conseiller national Yannick Buttet (VS/PDC) est suspendu de la vice-présidence du Parti démocrate-chrétien suisse avec effet immédiat. Le 29 novembre, «Le Temps» avait dévoilé que l'homme politique faisait l'objet d'une procédure pénale. Ce dernier avait en effet été interpellé par la police, dans la nuit du samedi 18 au dimanche 19 novembre, dans le jardin d'une femme avec laquelle il avait entretenu une relation extra-conjugale. Face à son insistance, celle-ci avait appelé la police. A Berne, des gestes déplacés et des pulsions «incontrôlées» sous l'emprise de l'alcool ont par ailleurs été décrites par plusieurs parlementaires à nos journalistes.

    Harcèlement: plusieurs femmes dénoncent le PDC Yannick Buttet
  • Accusé d’agression sexuelle, le chef d'orchestre James Levine est suspendu

    Le Metropolitan Opera de New York (Met) suspend toute collaboration avec son directeur musical honoraire, le mythique chef d’orchestre James Levine, accusé d’agressions sexuelles. Dans un communiqué, Peter Gelb, directeur général du Met, annonce qu’un ancien procureur avait été engagé pour faire la lumière sur les accusations portées contre lui. «En se fondant sur ces nouvelles informations, le Met a pris la décision d’agir dès maintenant, en attendant les résultats de l’enquête», déclare Peter Gelb. «C’est une tragédie, pour tous ceux dont la vie a été affectée.»

    Accusé d’agression sexuelle, le chef James Levine est suspendu
  • Quatre femmes accusent le chef d'orchestre lausannois Charles Dutoit de harcèlement sexuel

    Les orchestres symphoniques de San Francisco et Boston ont mis un terme à leur collaboration avec le chef d'orchestre lausannois Charles Dutoit après que quatre femmes, trois cantatrices d'opéra et une musicienne, l'ont accusé de harcèlement sexuel. L'ensemble de San Francisco a invoqué jeudi la «nature sérieuse» des accusations ainsi que la nécessité d'une politique de tolérance zéro afin d'expliquer sa décision. Même réaction de la part de l'orchestre symphonique de Boston parlant d'accusations «extrêmement inquiétantes».

    Quatre femmes accusent le chef d'orchestre de 81 ans de les avoir agressées sexuellement aux Etats-Unis. Elles lui reprochent notamment de les avoir retenues physiquement, d’avoir mis sa langue dans leur bouche et de s’être collé à elles. Les faits se seraient produits de 1985 à 2010 dans plusieurs villes américaines.

  • Des célébrités lancent Time's up pour lutter contre le harcèlement sexuel

    Plus de 300 actrices, scénaristes, metteuses en scène et autres personnalités du cinéma lancent un fonds destiné à permettre de lutter concrètement contre le harcèlement sexuel. Les initiantes entendent oeuvrer aussi bien à Hollywood que dans d'autres métiers partout aux Etats-Unis. Le projet «Time's Up» («C'est fini») disposera notamment d'un financement destiné à financer un soutien légal pour les femmes et hommes victimes de harcèlement sexuel au travail. L'organisation annonce avoir déjà recueilli plus de 13 des 15 millions de dollars qu'elle s'était fixés comme but pour ce fonds.

    Des célébrités lancent un projet pour lutter contre le harcèlement sexuel au tr…
  • Un collectif de femmes revendique, pour les hommes, «la liberté d'importuner»

    Un collectif de femmes, dont l'actrice Catherine Deneuve, publie une tribune en France pour «défendre» la «liberté d'importuner» des dragueurs et s'opposer à la «campagne de délations» apparue après l'affaire Weinstein, à rebours des réactions suscitées par ce scandale mondial. «Une femme peut veiller à ce que son salaire soit égal à celui d’un homme», mais «ne pas se sentir traumatisée à jamais par un frotteur dans le métro» voire l'envisager comme «l’expression d’une grande misère sexuelle» ou «un non-événement», écrivent-elles.

    Un collectif féministe répond à cette tribune par un texte publié sur Franceinfo.fr. Le débat enfle lorsque que Brigitte Lahaie, signataire de la tribune du «Monde», affirme que «l'on peut jouir lors d'un viol» tandis que Catherine Millet, elle aussi signataire de la tribune du Monde, persiste à «regretter de ne pas avoir été violée». Quelques jours plus tard, Catherine Deneuve présentera ses excuses aux victimes d'abus sexuels.

    La tribune signée par Deneuve est «l'expression d'un anti-féminisme»
  • Les accusations de Mia Farrow contre Woody Allen refont surface

    Les propos de sa fille adoptive Dylan Farrow, qui accuse depuis 1992 le cinéaste d’avoir abusé d’elle sexuellement quand elle avait 7 ans, refont surface suite à une interview sur CBS.  «Je dis la vérité et je pense que c’est important que les gens se rendent compte qu’une victime, une accusatrice, compte. Que cela suffit à changer les choses», déclare Dylan Farrow, 32 ans, dans cet entretien. «Pourquoi ne serais-je pas en colère? Pourquoi ne serais-je pas blessée? Pourquoi ne serais-je pas scandalisée après toutes ces années où j’ai été ignorée, où on ne m’a pas crue?» ajoute celle dont le frère journaliste, Ronan Farrow, a été à la pointe des révélations sur Weinstein.

    Accusations d’abus sexuels: Woody Allen de nouveau dans la tempête
  • L'ex-médecin sportif Larry Nassar, accusé d'abus sexuels, finira ses jours en prison

    L'ex-médecin sportif Larry Nassar, accusé de multiples abus sexuels des jeunes gymnastes, finira ses jours en prison après avoir été condamné à une lourde peine dans un procès historique où les victimes, championnes comme anonymes, ont livré des témoignages poignants de leur vie brisée. «Je viens de signer votre arrêt de mort», a notamment lancé la juge Rosemarie Aquilina en prononçant une peine allant de 40 à 175 années de prison pour sept chefs d'inculpation. Cette sentence s'ajoute à une condamnation à 60 ans de réclusion pour pédopornographie, un autre volet de l'affaire qui a secoué le monde de la gymnastique américaine.

    Aux Etats-Unis, un médecin pervers et 159 victimes
  • Tariq Ramadan inculpé pour viols et incarcéré

    Le théologien musulman controversé Tariq Ramadan est inculpé pour viols et incarcéré à Paris au terme de deux jours de garde à vue. La justice décide son maintien en détention provisoire, conformément aux réquisitions du parquet de Paris. L'islamologue suisse est mis en examen pour viol et viol sur personne vulnérable. Pendant sa garde à vue, il a été confronté à l'une des deux femmes qui l'accusent de viol en France, une quadragénaire convertie à l'islam qui a maintenu ses accusations. Le vendredi 9 février, il fait appel de sa détention provisoire.

    Les déçus de Tariq Ramadan
  • L'actrice Uma Thurman accuse à son tour Harvey Weinstein

    Uma Thurman, égérie du réalisateur Quentin Tarantino et proche d'Harvey Weinstein, rejoint la liste des actrices qui accusent le magnat déchu d'Hollywood d'agression, détaillant notamment sa colère et sa déception envers un producteur qui l'avait prise sous son aile. L'actrice s'exprime dans une interview publiée par le New York Times pour raconter l'agression dont elle a été victime. Les faits se sont déroulés après la sortie de «Pulp Fiction» en 1994. Après un rendez-vous de travail à Paris, qui avait pris une tournure équivoque quand Harvey Weinstein avait invité l'actrice dans sa chambre puis dans un sauna d'un hôtel, Uma Thurman avait retrouvé son producteur à Londres, également dans sa chambre d'hôtel. «Il m'a poussée et a essayé de se jeter sur moi et de se déshabiller. Il a fait plein de choses désagréables», raconte-t-elle dans l'interview. Peu après, Uma Thurman s'est rendue dans l'hôtel de son agresseur, pour lui faire face. Elle explique l'avoir alors mis en garde: «Si tu fais ce que tu m'as fait à d'autres personnes, tu vas ruiner ta carrière, ta réputation et perdre ta famille, je te le garantis».

    Uma Thurman, énième victime d’Harvey Weinstein
  • L'Etat de New York attaque en justice le studio Weinstein

    Le procureur de l’Etat de New York assigne en justice le studio fondé par Harvey Weinstein et son frère Robert, pour ne pas avoir protégé ses employés face au harcèlement sexuel et aux intimidations du tout puissant-producteur de cinéma. Cette assignation, quatre mois après le début de l’affaire Weinstein, pourrait avoir pour effet immédiat de bloquer un projet de reprise du studio, The Weinstein Company, que le procureur décrit comme «imminent» mais qui ne prévoit pas selon lui d’indemnisation suffisante des victimes. Selon cette assignation qui vise The Weinstein Company (TWC) et Harvey et Robert Weinstein, tous trois sont accusés de violations des droits de l’homme, des droits individuels, et du droit du travail. 

    L’Etat de New York attaque en justice le studio Weinstein
  • «J'ai été violée ici même, à Cannes»

    «En 1997, j'ai été violée par Harvey Weinstein, ici-même à Cannes», lance l'actrice Asia Argento lors de la cérémonie de clôture du Festival de Cannes. . «Harvey Weinstein ne sera plus jamais le bienvenu ici», ajoute-t-elle, avant d'accuser: «Parmi vous, il y a des gens qui ont eu un comportement indigne envers les femmes. Et nous nous savons qui vous êtes, et nous n'allons pas vous permettre de vivre dans l'impunité.»

    Ce vendredi 25 mai, après avoir passé plusieurs mois hors des projecteurs – supposément dans un centre de traitement de l’addiction sexuelle en Arizona –, le producteur, âgé de 66 ans, devrait se présenter à un commissariat de New York. Il y répondrait d’au moins une accusation de viol, pour des faits remontant à à 2004. Si l’inculpation se confirme, ce serait la première contre lui. Plus d’une centaine de femmes au total ont témoigné qu’il les avait abusées sexuellement.

    Il devrait ensuite se rendre à un tribunal, le même que celui qui avait statué sur Dominique Strauss-Kahn en 2011.

  • Accusé de harcèlement, le PDG de CBS reste en poste

    Une semaine après avoir été accusé de harcèlement sexuel par six femmes, le PDG de CBS Leslie Moonves reste en poste, une rareté dans l'ère #MeToo.

    Plus d'une semaine après avoir été accusé publiquement de harcèlement sexuel par six femmes dans un article du magazine The New Yorker, Leslie Moonves, patron du groupe de télévision CBS, a même été confirmé implicitement dans ses fonctions par le conseil d'administration, dans l'attente des conclusions d'une enquête confiée à deux avocates extérieures à la société. Une pétition a été lancée pour demander le départ de Les Moonves, réunissant rapidement plus de dix mille signatures, mais le mouvement peine à prendre.

  • Tariq Ramadan maintenu en détention provisoire

    La cour d'appel de Paris a confirmé le rejet d'une deuxième demande de mise en liberté de l'islamologue suisse, en détention provisoire depuis six mois pour des accusations de viols qu'il conteste. Tariq Ramadan, 55 ans, est incarcéré depuis sa mise en examen le 2 février pour le viol présumé de deux femmes, dont les accusations ont fait chuter cette figure populaire et controversée de l'islam en Europe.

    A l'appui de sa demande, la défense de Tariq Ramadan avait invoqué de nouveau son état de santé - il souffre d'une sclérose en plaques dont le traitement a été jugé compatible avec son incarcération à Fresnes, en région parisienne - et pointé les «incohérences» et «invraisemblances» des plaignantes. La défense proposait, outre la remise de son passeport suisse et une résidence sous contrôle judiciaire en région parisienne, de verser une caution de 300 000 euros.

  • Asia Argento elle-même accusée d'agression

    Asia Argento, l’une des premières femmes à avoir accusé Harvey Weinstein de viol, est maintenant elle-même soupçonnée d’avoir abusé sexuellement en 2013 d’un acteur et musicien de 20 ans son cadet, Jimmy Bennett, alors qu’il avait 17 ans. Puis d’avoir tenté d’étouffer l’affaire en lui versant quelque 380 000 dollars.

    Après deux jours de silence, l’actrice, désormais menacée d’être renvoyée de la version italienne de l’émission de télévision X Factor, a nié mardi ces accusations sorties dimanche dans le New York Times, sur la foi d’une menace de plainte judiciaire fournie par une source anonyme. Elle affirme dans un communiqué n’avoir «jamais eu de relation sexuelle avec Bennett», reconnaissant cependant lui avoir versé de l’argent, mais uniquement pour l’aider alors qu’il était en difficulté financière.

    Malgré ces dénégations, l’affaire a jeté un froid sur le mouvement #MeToo, déjà critiqué ces derniers mois pour avoir fait chuter de leur piédestal des dizaines d’hommes de pouvoir, sur la foi d’accusations la plupart du temps non vérifiées par la justice.

    Asia Argento elle-même accusée d'agression
  • En Allemagne, une nouvelle actrice accuse Harvey Weinstein de viol

    Une actrice allemande engage une action en justice contre Harvey Weinstein, accusant le producteur déchu de l’avoir violée en 2006 pendant le Festival de Cannes. Harvey Weinstein, qui a rencontré Emma Loman en 2004 à la Mostra de Venise, l’invite au Festival de Cannes en 2006 pour discuter de sa carrière, selon la plainte déposée lundi à Los Angeles par l’actrice allemande.

    D’abord méfiante, l’actrice finit par accepter. Si lors des premières réunions de travail à Cannes, Harvey Weinstein est très professionnel, indique le texte, ce comportement change lorsqu’il l’invite dans la suite de son hôtel, en principe pour discuter de rôles pour elle dans ses films. «En arrivant dans la suite de Weinstein... Weinstein a mis rapidement de côté son attitude professionnelle. Au lieu de ça, il a maîtrisé Loman et l’a violée», dit la plainte.

    Ce document ajoute qu’il lui a ensuite indiqué clairement qu’il pourrait ruiner sa carrière si elle parlait.

Photo: Keystone, Texte: Célia Héron avec agences