Diplomatie

L’Afghanistan est à «un point de rupture»

Genève accueille mardi et mercredi au Palais des Nations une conférence sur l’Afghanistan en présence de nombreux ministres des Affaires étrangères et du président afghan, Ashraf Ghani. Un moment jugé crucial par la société civile

«Si nous n’obtenons pas un vrai soutien et un vrai élan de solidarité, tout espoir sera perdu. L’Afghanistan est à un point de rupture.» Originaire de la province de Ghazni, Jawed Nader incarne une société civile afghane active, mais dépitée. Il participe à Genève à la Conférence ministérielle organisée par la Mission d’assistance des Nations unies en Afghanistan (Manua) et le gouvernement afghan. De nombreux ministres des Affaires étrangères, dont le conseiller fédéral Ignazio Cassis, vont assister à ce sommet, qui se tient au Palais des Nations mardi et mercredi en présence d’une forte délégation afghane emmenée par le président, Ashraf Ghani, et le chef du gouvernement, Abdullah Abdullah. Objectif: faire le point sur le pays, son développement, son processus électoral. Mais aussi rappeler à l’ordre les Etats qui avaient promis un financement de 15,2 milliards de dollars d’aide en 2016 à Bruxelles et qui n’ont pas tenu parole.

Lire aussi: Amin Tarzi: «En négociant avec l’étranger, les talibans veulent délégitimer le gouvernement afghan»

50% de pauvres

Directeur du réseau BAAG de 28 organisations britanniques et irlandaises qui consacrent leur travail à l’Afghanistan, Jawed Nader ne cherche pas à en rajouter. Il aligne simplement des faits: «Plus de 50% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté. Quarante pour cent des citoyens, voire beaucoup plus si on inclut les femmes, sont au chômage. Le nombre de civils tués dans la guerre dépasse ceux enregistrés en Syrie et au Yémen. En Afghanistan, on compte plus d’engins explosifs que dans le monde entier. Et quelque 400 militaires afghans meurent chaque semaine. C’est l’équivalent des soldats britanniques décédés depuis leur engagement en Afghanistan.» Depuis les élections de 2014, le pays est dirigé par un gouvernement d’unité nationale qui est loin de faire l’unanimité. De récentes élections législatives ont été marquées par de nombreuses irrégularités, mais nombre d’Afghans ont néanmoins osé braver les risques objectifs d’aller voter. La violence atteint de nouveau un niveau très préoccupant.

Lire également: La Russie de retour dans le grand jeu afghan

Selon le dernier rapport de l’inspecteur général américain pour la reconstruction de l’Afghanistan, les talibans contrôlent 45% du territoire afghan, soit environ 14 des 34 provinces. Pour Forozan Rasooli, vice-directrice de l’ONG EPD active dans le nord du pays, ils contrôlent sans doute 70% du territoire. Comme un malheur vient rarement seul, l’Afghanistan connaît une crise humanitaire d’une rare acuité. En cause le conflit qui dure depuis des décennies, mais aussi la sécheresse. Le pays a 70% de précipitations en moins. Vingt provinces sur 34 sont à sec. La sécheresse cause des déplacements de populations plus importants que la guerre. Selon Suraya Pakzad, directrice de l’ONG La voix des femmes, 70 enfants de 5 à 10 ans ont même été vendus par des parents désespérés, incapables de les nourrir.

L’espoir de la société civile afghane est de voir la communauté internationale aider l’Afghanistan à développer une économie durable. L’Afghanistan dispose de vraies ressources forestières et agricoles. La culture du pavot, explique Suraya Pakzad, c’est aussi le résultat des erreurs stratégiques de la communauté internationale: «On a envoyé du blé canadien en Afghanistan. Il aurait mieux valu aider les agriculteurs afghans à le cultiver au lieu de ne leur donner pour seul choix que de faire pousser du pavot.» Si nombre de jeunes sont recrutés par des forces antigouvernementales et s’adonnent à la violence, c’est parce qu’ils n’ont aucune perspective de trouver un vrai emploi.

Les craintes des Afghanes

A l’heure où plusieurs pays négocient avec les talibans, les femmes afghanes ne cachent pas leur inquiétude. C’est le cas de Suraya Pakzad. Récompensée pour son courage, elle avait secrètement mis sur pied à Kaboul une école pour filles en plein règne des talibans dans les années 1990. Aujourd’hui, elle met en garde: «En dix-sept ans, nous avons enregistré de vraies réussites. La Constitution afghane garantit désormais les droits humains et les droits des femmes. C’est un progrès considérable. Une loi contre les violences domestiques a été adoptée. Nous avons des femmes qui occupent des postes d’ambassadrices, de gouverneurs, de maires, mais aussi des fonctions de responsables dans la justice et l’armée. Pourtant, les violences contre les femmes continuent. Les talibans sont aujourd’hui même plus violents qu’avant. Aujourd’hui, ils ne se contentent pas de les battre dans la rue, ils les tuent.»

Pour Suraya Pakzad, les négociations en cours avec les talibans sont préoccupantes. Elles n’impliquent aucune femme. «Or c’est un moment critique. Toutes les lois adoptées favorables aux femmes pourraient être balayées. Il n’y aura pas de paix durable sans la participation des femmes, majoritaires dans le pays.» L’espoir réside dans le fait que plus de filles que de garçons vont à l’université. Mais il y a encore des provinces où elles n’ont pas voix au chapitre. Entre manque de confiance dans les institutions, pauvreté et insécurité, les Afghans cherchent désespérément à se sortir d’un sombre tunnel qui semble n’avoir aucune issue. A Genève, ils attendent au moins une chose: de la solidarité.

Publicité