Le conseil des gouverneurs de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a élu vendredi son nouveau président, le Malaisien Muhammad Shahrul Ikram Yaakob, sur fond de tensions persistantes sur le dossier nucléaire controversé de l’Iran.

Au cours d’une réunion à huis clos, les 35 membres du conseil des gouverneurs représentant les 151 Etats membres de l’agence onusienne ont désigné par consensus comme leur nouveau président M. Yaakob, ambassadeur de Malaisie auprès de l’AIEA, ont indiqué des diplomates.

Cette élection était le seul point à l’ordre du jour de la réunion, selon les mêmes sources qui ont précisé que le dossier iranien n’avait pas été abordé.

Muhammad Shahrul Ikram Yaakob remplace l’ancien ambassadeur malaisien auprès de l’AIEA, Mohammad Arshad bin Manzoor Hussain, à ce poste de responsable de la présidence tournante du conseil des gouverneurs.

Consignes de vote

Kuala Lumpur avait rappelé Mohammad Arshad bin Manzoor Hussain en décembre pour ne pas avoir, selon la presse, respecté les consignes de vote de son gouvernement lors de l’adoption d’une résolution condamnant l’Iran pour son programme nucléaire. Le gouvernement malaisien a cependant affirmé qu’il n’avait pas sanctionné son ambassadeur.

«Le contrat de Mohammad Arshad a été étendu jusqu’à son départ à la retraite et cette extension expire en mars, pour lui permettre de quitter tranquillement ses fonctions et laisser la chance à des diplomates plus jeunes de servir les intérêts de leur pays dans les instances internationales», a déclaré le ministère malaisien des Affaires étrangères la semaine dernière.

Muhammad Shahrul Ikram Yaakob est diplômé d’écologie de l’Université de Malaya et a commencé sa carrière de diplomate en 1988.

La présidence tournante du conseil des gouverneurs de l’AIEA est assurée par les différents groupes régionaux représentés au sein de l’agence, actuellement le groupe Asie du sud-est/Pacifique.

Ce groupe compte l’Australie, la Nouvelle Zélande et la Malaisie.