Et si Lakhdar Brahimi s'était éloigné de l'Irak pour mieux s'en rapprocher? Le diplomate algérien a été nommé jeudi conseiller de Kofi Annan, au terme de son mandat de deux ans comme représentant spécial du secrétaire général de l'ONU en Afghanistan, début janvier. Et plusieurs voix imaginent déjà que la nomination de cette «figure» des Nations unies pourrait n'être que le prélude à sa prise en charge du dossier irakien. Voire à son affectation à Bagdad comme représentant de l'ONU, en remplacement de Sergio Vieira de Mello, tué dans un attentat-suicide en août dernier.

Comment s'en étonner? En mars 2003, la guerre américano-britannique contre le régime de Saddam Hussein n'était pas encore déclenchée que son nom circulait déjà comme possible proconsul onusien dans la capitale irakienne. A l'époque, l'ONU était malgré elle obligée d'anticiper un possible rôle sur place, et ce vétéran de l'organisation faisait figure de candidat idéal. Dans les années 1990, il avait été le maître d'œuvre, avec Cornelio Sommaruga, du chantier de la réforme des opérations de maintien de la paix, ouvert après les tragédies du Rwanda et de Bosnie. Puis il était passé de la théorie à la pratique en encadrant la reconstruction de l'Afghanistan post-talibans.

Les contours de sa nouvelle mission auprès de Kofi Annan sont encore à clarifier. Et l'ancien ministre des Affaires étrangères «n'exclut pas de (s)'impliquer dans les dossiers que traitera l'ONU en matière de paix et de sécurité». A commencer, peut-être, par l'épineuse question du retour des Nations unies en Irak, laquelle se précise. Kofi Annan a convoqué ce lundi à New York une réunion sur ce thème. Paul Bremer, l'administrateur américain à Bagdad, y participera, ainsi que les acteurs clés de la situation en Irak. Lakhdar Brahimi y sera-t-il associé? Il confiait en fin de semaine qu'il l'ignorait. Un porte-parole de l'organisation affirmait que le nouveau conseiller d'Annan «sur des thèmes liés aux zones de conflit» n'en serait pas. Autant dire que son emploi du temps de lundi sera une indication claire de ses futures attributions.