Le scrutin n’est pas encore clos mais presque tous, en Allemagne, pensent déjà à la suite. Qui pourra tenter de former une coalition à l’issue des législatives de ce dimanche? Et surtout avec qui? Ces deux questions sont classiques dans un système parlementaire où la moitié des députés est élue à la proportionnelle et où les partis obtiennent rarement la majorité absolue au Bundestag. Les deux principales forces politiques, chrétiens-démocrates de la CDU/CSU et sociaux-démocrates du SPD, ont donc presque toujours dû trouver un partenaire pour gouverner, encourageant de facto une part de vote stratégique. A l’époque des «petites coalitions», les libéraux du FDP ont joué les faiseurs de roi, avant que les Verts n’entrent dans le jeu, en 1998, en s’alliant avec le SPD.