Bastian Melcher a tenu huit années. De ses 15 à ses 23 ans, ce trentenaire, originaire de Brême et attiré par les garçons, a suivi d’innombrables séances de prières et de thérapie pour tenter de devenir hétérosexuel. Issu d’une famille pratiquante et membre d’une congrégation protestante libre, il se rappelle la «souffrance» endurée durant ce processus de conversion.

«Il était très clair dans notre famille que l’homme était créé par Dieu pour être avec une femme. Je le voulais aussi», raconte-t-il. Sur les conseils de son père, l’adolescent se tourne vers son pasteur. «Durant deux ans, nous avons prié pour que Dieu me change», se rappelle-t-il. A 17 ans, Bastian participe à des réunions, une fois par semaine, en groupe, sur le modèle des alcooliques anonymes, organisées là aussi par des pasteurs. «Ils me disaient que Dieu me changerait si je le voulais vraiment. Cela a fait peser une énorme pression sur moi», avoue-t-il.