C’est une travailleuse de l’ombre. Voilà un peu plus d’un mois, Maria-Alejandra Aristeguieta a été nommée comme représentante en Suisse de Juan Guaido, ce président vénézuélien par interim qui entend mettre un terme au pouvoir de Nicolas Maduro et au régime chaviste. A l’inverse d’une cinquantaine d’autres pays, dont ceux de l’Union européenne, la Suisse ne reconnaît pas officiellement ce pouvoir issu de l’Assemblée nationale. Bien plus: Berne fait mine de ne jamais avoir entendu parler de cette représentante, pourtant particulièrement active à Genève et à Berne depuis des lustres.