Imaginez. Du jour au lendemain, tout contenu présentant «une déviation par rapport au sexe biologique d’une personne, un changement de genre ou qui dépeint l’homosexualité» est interdit aux mineurs helvètes. Un amendement aux contours flous adopté par le parlement, décrié par beaucoup, supporté par certains. Tour d’horizon des possibles conséquences d’une telle législation sur notre sol.

Lire encore:En Valais, on n'est pas plus homophobe qu'ailleurs