L'Amérique latine et les Caraïbes sont devenues dimanche la région du monde comptant le plus grand nombre de contaminations au coronavirus, soit 4 340 214 cas, selon un bilan établi par l'Agence France Presse (AFP) dimanche à 23 heures à partir de sources officielles. En mai, l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) avait déclaré que le continent américain était devenu le nouvel épicentre de la pandémie, après l'Europe.

C'est la première fois que le nombre d'infections dans cette région dépasse celui de l'Amérique du Nord, qui compte 4 330 989 cas, essentiellement aux Etats-Unis, le pays le plus touché au monde avec 4,2 millions de contaminations et près de 150 000 morts.

Lire aussi: La fin de la pandémie n’est pas pour demain

Le Brésil, pays latino-américain le plus touché, a recensé dimanche près de 25 000 cas supplémentaires, pour un total de 2,4 millions. Il déplore plus de 87 000 morts.

Le Venezuela prolonge le confinement à Caracas et dans six Etats

Le président Nicolas Maduro a prolongé dimanche les mesures de confinement sévère à Caracas et dans six Etats vénézuéliens (Miranda, Vargas, Zulia, Tachira, Bolivar et Sucre). Le président n'a pas précisé combien de temps les nouvelles restrictions resteraient en vigueur.

Caracas et Miranda font déjà l'objet de mesures de confinement depuis le 15 juillet. Le régime de confinement alterne sept jours de «quarantaine totale» avec sept jours de «flexibilisation» qui autorise des activités des secteurs économiques autres que l'alimentation, la santé ou la sécurité.

«C'est un effort particulier car nous sommes dans une période de pandémie», a affirmé Nicolas Maduro, soulignant que le virus est présent à Caracas, où le plus grand nombre d'infections dans le pays est enregistré, avec 1 746 cas jusqu'à ce dimanche.

Depuis que la pandémie a atteint en mars le Venezuela, pays de 30 millions d'habitants, il y a eu 15 463 cas de contamination pour 142 décès, selon des chiffres officiels.

Réouverture d'églises catholiques à Mexico

Quelques églises catholiques ont rouvert dimanche à Mexico, après quatre mois de fermeture, sous condition de mesures sanitaires comme la distance sociale entre fidèles, le port du masque et la prise de température pour éviter la propagation de l'épidémie de coronavirus.

«Nous savons que ce sera graduel et nous ferons très attention. Cela nous remplit de joie de recevoir les fidèles», a dit à la presse Salvador Gonzalez, évêque auxiliaire à l'archidiocèse Primada de Mexico.

Lire encore: Le Mexique devient le quatrième pays le plus endeuillé

Les églises ont fermé à partir du 23 mars pour éviter les contagions. Dans d'autres villes du Mexique, comme Guadalajara, la réouverture avait eu lieu en juin, également accompagnée de mesures sanitaires. Les autorités de la ville de Mexico n'ont autorisé que les messes, et pas encore les baptêmes, fêtes des quinze ans et mariages.

Le Mexique, deuxième pays au monde en terme de nombre de baptêmes derrière le Brésil, a été très fortement frappé par l'épidémie de Covid-19, avec 385 036 cas confirmés et 43 374 décès.

Des festivités annulées

En Amérique latine, les annulations de festivités et d'événements sportifs se multiplient. La traditionnelle fête de fin d'année à Rio de Janeiro, qui rassemble des millions de spectateurs sur la plage de Copacabana pour admirer les feux d'artifice, a été annulée, et Sao Paulo a reporté sine die son carnaval.

Le Panama a renoncé à organiser la Coupe du monde féminine de football des moins de 20 ans, qui devait avoir lieu début 2021, ainsi que les Jeux sportifs d'Amérique centrale et des Caraïbes de 2022.