L’ex-directeur financier de la Trump Organization, Allen Weisselberg, un proche de Donald Trump a plaidé coupable de 15 chefs d’accusation de fraude et d’évasion fiscale portant sur 1,76 million de dollars de revenus non déclarés entre 2005 et 2021, selon un communiqué du bureau du procureur de Manhattan.

Cet homme discret de 75 ans, qui travaille pour les Trump depuis 1973, est accusé par la justice d’avoir profité d’avantages en nature, notamment un appartement dans un quartier huppé de Manhattan, la location de deux Mercedes pour lui et sa femme, et d’avoir reçu de l’argent liquide pour ses vacances, dissimulant le tout au fisc. «Aujourd’hui, Allen Weisselberg a admis devant le tribunal s’être servi de son poste à la Trump Organization pour escroquer les contribuables et s’enrichir personnellement», a commenté le procureur de Manhattan Alvin Bragg, cité dans le communiqué.

«Un large éventail d’activités criminelles»

«L’accord trouvé avec la justice lie directement la Trump Organization à un large éventail d’activités criminelles et requiert qu’Allen Weisselberg fournisse un témoignage précieux lors du procès à venir contre l’entreprise», a-t-il ajouté.

Allen Weisselberg avait dans un premier temps plaidé non coupable en juillet 2021 des faits qui lui étaient reprochés et risquait jusqu’à 15 ans de prison. Selon l’accord conclu, il n’encourt désormais que cinq mois de prison et devra s’acquitter de près de 2 millions de dollars d’impôts, avec les pénalités et les intérêts, selon le communiqué.

Allen Weisselberg a jusqu’ici toujours refusé de témoigner contre Donald Trump personnellement.

Le procès pénal contre la Trump Organization, l’entreprise ayant elle plaidé non coupable, doit s’ouvrir le 24 octobre.

Lire aussi: Documents sur des armes nucléaires chez Trump? Inquiétude et sidération des experts en sécurité

Une autre enquête est aussi en cours

Une autre enquête, cette fois au civil mais portant sur les mêmes soupçons de fraudes financières et fiscales dans la Trump Organization, est menée par la procureure générale de l’Etat de New York, Letitia James. C’est dans ce cadre que Donald Trump a dû témoigner sous serment la semaine dernière, refusant toutefois de répondre aux questions en vertu du 5e amendement de la Constitution américaine, qui permet à tout justiciable de ne pas témoigner contre soi-même.

Dans un autre dossier, la résidence de Donald Trump en Floride a été perquisitionnée la semaine dernière.

Les enquêteurs du FBI soupçonnent le républicain d’avoir violé une loi américaine sur l’espionnage qui encadre très strictement la détention de documents confidentiels liés à la sécurité nationale dont certains ne doivent être consultés ou vus que dans des bâtiments sécurisés, selon des documents judiciaires.

Une commission parlementaire cherche également à faire la lumière sur le rôle que le milliardaire a joué dans l’assaut contre le Capitole le 6 janvier 2021.

Lire aussi: Le FBI, nouvelle cible privilégiée des partisans de Donald Trump