L’ange sombre de la techno

DJ Hell, producteur et Deejay

A 47 ans, il appartient encore au futur. Ce qui fait de lui un personnage à part dans un milieu qui ne cesse de se remodeler et de céder la plupart du temps au credo jeuniste. Helmut Josef Geier, alias DJ Hell, passe désormais pour un sénateur du monde de la musique techno et il jouit d’une estime qui s’étend depuis les passerelles des défilés de mode jusqu’aux clubs pour initiés de musique électronique. Qu’il mixe pour le compte de Versace, de Chanel et d’Helmut Geier ou qu’il sillonne la planète avec ses vinyles, ce dandy aux costumes impeccables et aux chemises taillées sur mesure a su garder une crédibilité constante.

L’aura de DJ Hell a pris forme dans un des poumons de la techno mondiale, dans cette Berlin qu’il a adoptée dans les années 90 en quittant Munich. Dans la capitale fédérale, il fonde en 1996 International Deejay Gigolo Records, une maison de disques devenue incontournable et synonyme de renouveau. C’est depuis ses studios que naît la déferlante Electroclash, mouvance qui récupère et dope l’esthétique punk et new wave des années 80 pour en faire un produit adapté aux dancefloors.

Producteur de dizaines d’artistes, DJ Hell est surtout l’auteur de plusieurs albums exigeants et sombres, qui n’ont pas cessé de redéfinir les frontières d’un artiste fantasque.