L'armée américaine a annoncé, jeudi, avoir tué quatre combattants pro-iraniens en 24 heures dans l'est de la Syrie, au cours d'une opération destinée à dissuader les groupes armés soutenus par l'Iran de continuer à s'attaquer à ses bases dans la région.

Les tensions sont vives dans le nord-est de la Syrie. «Les forces américaines ont répondu aujourd'hui à des tirs de roquettes (les visant) dans deux sites en Syrie, détruisant trois véhicules et l'équipement utilisé pour lancer certaines des roquettes», a précisé dans un communiqué le commandement de l'armée américaine pour le Moyen-Orient (Centcom). «Les premières évaluations indiquent que deux ou trois personnes suspectées d'être des militants soutenus par l'Iran et ayant mené une des attaques ont été tués lors de la réponse américaine.»

Lire aussi: «L’Etat islamique pourrait se réorganiser et attaquer»: en Syrie, l’inquiétude des Kurdes grandit

«Les Etats-Unis ne cherchent pas à entrer en conflit avec l'Iran, mais nous continuerons à prendre les mesures nécessaires pour protéger et défendre notre peuple», a affirmé mercredi l'armée américaine.

Les attaques de roquettes ont commencé autour de 19h20 locales «dans le périmètre» de la base américaine de Conoco puis dans celle de Green Village, a précisé le Centcom. Un «membre des forces armées» a été légèrement blessé, et a reçu des soins avant de retourner au travail, et deux autres ont subi des «blessures mineures», selon le communiqué.

Les forces américaines ont utilisé des hélicoptères pour répondre à ces tirs de roquettes de façon «proportionnelle et intentionnelle», a déclaré le Centcom.

Téhéran dénonce une «nouvelle agression de l'armée américaine»

La veille, les Etats-Unis avaient annoncé avoir bombardé des bases de milices pro-iraniennes dans l'est du pays. Les frappes américaines de mardi visaient des «infrastructures utilisées par des groupes affiliés aux Gardiens de la Révolution» - considéré comme l'armée idéologique du régime iranien -, selon l'armée américaine. L'Iran avait ensuite nié tout lien avec les groupes armés visés par ces frappes aériennes.

«La nouvelle agression de l'armée américaine contre le peuple syrien est un acte terroriste contre les groupes et combattants luttant contre l'occupation et qui n'ont aucune affiliation avec l'Iran», avait affirmé plus tôt mercredi le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Nasser Kanani.

Lire aussi: Nucléaire: l’Union européenne et les Etats-Unis examinent la réponse iranienne