C’est une célébration pour le moins belliqueuse: depuis la Fête nationale chinoise le 1er octobre, l’Armée populaire de libération (APL) a envoyé 148 avions militaires vers le sud de Taïwan. Ces appareils ont survolé la «zone d’identification et de défense» taïwanaise, un concept plus large que l’espace aérien, dans lequel il n’est pas interdit aux avions étrangers de circuler mais où un pays se réserve le droit de demander aux engins étrangers de s’identifier.