L’essentiel

Jusqu’à dimanche soir, 173 407 personnes ont été vaccinées complètement (deux doses administrées) en Suisse, soit 2% de la population. 328 742 personnes n’ont reçu que la première injection.

Lundi, Boris Johnson a dévoilé le plan de sortie du gouvernement anglais – avec des variations selon les quatre nations. Les écoles rouvriront le 8 mars et les commerces, ainsi que les terrasses, le 12 avril.

L’Autriche accélère fortement sa campagne de dépistage. Le pays de 8,8 millions d’habitants procède désormais à trois millions de tests par semaine.

Retrouvez notre suivi de la journée de lundi


■ L'armée va vendre ses biens médicaux bientôt périmés

Une partie des stocks de matériel médical achetés depuis fin mars 2020 au profit du système de santé suisse par l'armée sera vendue à des prix fortement réduits. Ces produits n'ont pas été utilisés autant que prévu.

Certains lots de masques d’hygiène, de masques FFP2/FFP3 et de désinfectant, acquis dans le cadre de la lutte contre la pandémie, atteindront leur date de péremption à la fin 2022, précise l'armée dans un communiqué

La Pharmacie de l’armée va lancer une vente directe par la Confédération, qui s'adressera exclusivement aux cantons, aux communes et aux établissements de soins. Les biens médicaux proposés ne peuvent être achetés que pour un usage personnel et ne pourront en aucun cas être revendus. Sur demande, les masques sont remis gratuitement aux organisations d’entraide suisses.


■ L'UE met la pression sur six de ses membres au sujet de la libre circulation

La Commission européenne a annoncé avoir sommé six Etats membres – l'Allemagne, le Belgique, le Danemark, la Finlande, la Suède et la Hongrie – de s'expliquer sur leurs restrictions de circulation liées au Covid-19. Ces pays appliquent des limitations plus dures que celles recommandées par l'UE. Dans des lettres envoyées lundi, la Commission rappellent «la nécessité que les restrictions de mouvement soient non discriminatoires et proportionnées» et appelle les gouvernements concernés à «s'aligner» sur les recommandations précédemment approuvées par l'ensemble des Vingt-Sept, a indiqué un porte-parole. Les Etats visés ont dix jours pour répondre à la Commission, qui n'exclut pas d'enclencher des procédures d'infractions à leur encontre.

En Belgique, par exemple, tous les voyages non essentiels depuis et à destination du pays sont interdits depuis le 27 janvier. La mesure, prolongée jusqu'au 1er avril, est jugée problématique, car de ne pas tenir compte de la situation épidémiologique de la région de provenance ou de destination du voyageur. De son côté, l'Allemagne filtre drastiquement depuis mi-février les passages avec la République tchèque et le Tyrol autrichien pour contenir les variants du virus. L'objectif «pourrait être atteint grâce à des mesures moins restrictives», insiste le courrier.


■ Genève élargit sa campagne de vaccination

Jusqu’ici, le canton de Genève limitait strictement l’accès à la vaccination de sa population aux personnes de plus de 75 ans. Plus de 25 900 d’entre elles sont vaccinées, se félicite le canton. «Ce premier jalon ayant été atteint, la livraison de 5000 doses le 23 février 2021 permet à Genève d’ouvrir aujourd’hui, sous réserve de certaines conditions, la primo-vaccination aux personnes adultes particulièrement vulnérables munies d’une attestation de leur médecin (maladie chronique avec facteur de gravité) et au personnel soignant», indique le communiqué. Ces personnes devraient être prochainement averties personnellement.

D’autres cantons, comme Vaud et Berne, avaient choisi une stratégie différente, en ouvrant d’emblée la vaccination à ces catégories de personnes.


■ Des fioles pour Covax partent d’une usine du leader indien

Le Serum Institute of India est le plus grand fabricant de vaccins au monde. Ce mardi, il annonce commencer à expédier son premier lot de vaccins destiné au programme mondial de vaccination Covax.

Le système Covax vise à fournir cette année des vaccins anti-Covid à 20% de la population de près de 200 pays et territoires participants, mais il comporte surtout un mécanisme de financement qui permet à 92 économies à faible et moyen revenu d’avoir accès aux précieuses doses. Il a été mis en place pour tenter d’éviter que les pays riches n’accaparent l’ensemble des doses de vaccin. La polémique fait rage car, de fait, les pays riches s’accaparent en effet les fioles.

Le plan de Covax comprend 1,1 milliard de doses du Serum Institute of India, qui produit les vaccins AstraZeneca et Novavax. L’entreprise a déjà fourni au gouvernement indien des millions de doses du vaccin AstraZeneca ainsi qu’à d’autres pays pauvres.

Dimanche, le patron de Serum Institute of India, Adar Poonawalla, a exhorté les pays en attente d’approvisionnement à être «patients», affirmant qu’il avait reçu l’ordre d’accorder la priorité aux «énormes besoins» de l’Inde.


■ Hausse 5% des vaccinations

L’Office fédéral de la santé publique (OFSP), qui ne tiendra pas de conférence de presse cet après-midi comme d’habitude, publie ses chiffres des vaccinations. Sur une semaine et jusqu’à dimanche, 134 325 doses de vaccin contre le Covid-19 ont été administrées en Suisse.

En moyenne, 19 189 vaccinations ont été effectuées par jour. Comparé à la semaine précédente, le rythme des vaccinations s’est accéléré de 5%.

Au total, 675 556 vaccinations ont été réalisées jusqu’à dimanche. Jusqu’ici, 173 407 personnes ont été vaccinées complètement. Cela signifie que 2% de la population a déjà obtenu deux doses de vaccin. 328 742 personnes n’ont reçu que la première injection.


■ 1131 nouveaux cas en Suisse

La Suisse compte mardi 1131 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, indique l’Office fédéral de la santé publique (OFSP).

Le nombre de nouveaux cas en 24 heures est passé sous la barre des 2000 le 24 janvier. Depuis, ce chiffre stagne, avec une légère tendance à la baisse.

  • 14 décès supplémentaires sont à déplorer.
  • 43 malades ont été hospitalisés.
  • Durant les dernières 24 heures, les résultats de 23 255 tests ont été transmis. Le taux de positivité s’élève à 4,86%.
  • Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d’infections est de 14 021.
  • Sur les deux dernières semaines, le pays compte 162,19 nouvelles infections pour 100 000 habitants.
  • Le taux de reproduction, qui a un délai d’une dizaine de jours, est de 0,92.

■ En Suisse aussi, la pandémie a creusé les inégalités

Ce qu se produit à l’échelle mondiale se confirme en Suisse. Une étude du KOF, l’institut de recherches conjoncturelles de l’EPFZ, indique que depuis le début de la pandémie, les ménages dont le revenu est considéré comme très faible – moins de 4000 francs selon la définition des chercheurs – ont subi une baisse de 20% en moyenne. A l’inverse, les ménages dont le revenu mensuel est parmi les plus élevés – supérieur à 16 000 francs – ont vu leurs revenus diminuer de 8%.

Lire notre article à ce propos


■ Flambée de réservation pour une compagnie aérienne

On partait certes de très bas, mais le sursaut est sans doute significatif: la compagnie aérienne britannique Easyjet annonce une envolée de 337% des réservations depuis le Royaume-Uni dans les heures ayant suivi les annonces gouvernementales sur la réouverture de l’économie grâce au reflux du virus.

«Ce bond des réservations montre que le signal du gouvernement, qui prévoit de rouvrir les voyages (internationaux), était ce que les consommateurs attendaient», a commenté Johan Lundgren, directeur général de la compagnie à bas coûts.

Easyjet note aussi dans son communiqué publié tard lundi soir que les réservations pour des séjours ont flambé de 630% comparé aux dernières semaines grâce à des clients qui veulent «rattraper le temps perdu».


■ Grande manifestation à Bangalore

Dans la grande ville de formation et technologie d’Inde, une vaste mobilisation a lieu ce 23 février. Les personnels et des directions d’écoles protestent contre une décision du gouvernement de l’Etat, le Karnataka. En raison de la pandémie, celui-ci avait ordonné une réduction de 30% des écolages, mesure sur laquelle il est revenu.


■ Neuchâtel augmente son enveloppe pour les cas de rigueur

Le canton de Neuchâtel a décidé d’adapter une deuxième fois le crédit d’engagement destiné aux cas de rigueur, liés à la pandémie de Covid-19. Le Conseil d’Etat a annoncé qu’il allait augmenter l’enveloppe de 55,5 millions de francs à 80 millions. La contribution minimale probable de la Confédération s’élève à 56 millions.

L’aide pour les cas de rigueur, rappelle l’ATS, s’adresse aux entreprises ayant subi des fermetures imposées durant plus de 40 jours depuis le 1er novembre et celles ayant subi une perte de chiffre d’affaires supérieure à 40%. Les entreprises éligibles bénéficieront d’un soutien équivalent à 24% de leur chiffre d’affaires mensuel moyen par mois de fermeture jusqu’à concurrence de 40 000 francs par mois.


■ Après Nice, Dunkerque

En France, le débat sur le dilemme entre mesures nationales et décisions ciblées, sur le plan territorial, reprend de plus belle. Ces derniers jours, des mesures particulières ont été prises pour Nice et ses environs immédiats, où les contaminations remontent dangereusement.

Ce mardi, il est question de Dunkerque. «Des mesures supplémentaires de freinage» de l’épidémie vont être mises en place dans cette ville, a annoncé le gouvernement après un entretien dans la matinée entre le premier ministre Jean Castex et le maire de la ville Patrice Vergriete.

Le premier ministre, qui a constaté la «forte dégradation des indicateurs sanitaires ces dernières heures, demande à ce que le travail de concertation locale des élus et des autorités publiques du territoire permette de définir la réponse la mieux adaptée à la situation», a indiqué Matignon.


■ L’Autriche mise fortement sur les tests

L’agence AFP fait un retour sur l’Autriche, qui, discrètement, accélère sa campagne de tests. Pris au dépourvu à l’automne par la seconde vague, le pays cette fois pris les devants: avec 3 millions de tests par semaine, dont la moitié dans les écoles, l’Autriche s’érige désormais en champion de l’exercice.

Plus de 500 centres dédiés, 900 pharmacies et un millier d’entreprises proposent des dépistages gratuits du coronavirus (PCR et antigéniques), tandis que l’ensemble des élèves se soumettent eux-mêmes au rituel, deux fois par semaine.

L’approche avait initialement peu rencontré d’écho quand les premiers sites avaient été mis sur pied, en plein confinement de décembre: «Des tests de masse sans foule», titraient les journaux. Mais elle s’est accélérée début février, au moment de l’assouplissement des restrictions, et les attitudes ont commencé à changer, par la force des choses.

Car il faut maintenant présenter un test négatif de moins de 48 heures chez le coiffeur, dans certaines stations de ski ou à l’entrée des maisons de retraite.

«Notre stratégie est d’avoir une fréquence élevée de tests et de les rendre faciles d’accès», explique Katharina Reich, médecin en chef au sein du ministère de la Santé. «C’est le seul moyen de garder la pandémie sous contrôle», dit-elle, alors que les variants inquiètent et que la vaccination n’avance qu’à tout petits pas.


■ Le Mexique a reçu 200 000 doses du vaccin Spoutnik V

Le Mexique a reçu lundi ses 200 000 premières doses du vaccin russe Spoutnik V contre le Covid-19. Les autorités l’ont indiqué lundi soir. Elles vont les utiliser pour continuer à immuniser les personnes de plus de 60 ans.

D’autres livraisons viendront ensuite

a déclaré le ministre mexicain des affaires étrangères, Marcelo Ebrard.

Samedi, le Mexique avait reçu une cargaison de 200 000 doses du vaccin fabriqué par le laboratoire chinois Sinovac. Auparavant, Mexico a reçu des livraisons des vaccins de Pfizer/BioNTech, d’AstraZeneca et de CanSino, un laboratoire chinois.