Union européenne

Avec l’arrestation de Carles Puigdemont, l’Allemagne hérite d’un dossier encombrant

Une décision concernant la possible extradition de Carles Puigdemont ne devrait pas tomber avant la semaine prochaine. Le pays se demande comment il a hérité de cet encombrant dossier

Mais pourquoi est-ce tombé sur l’Allemagne? Cette question revient en boucle depuis l’arrestation du leader catalan Carles Puigdemont. Poursuivi en Espagne pour rébellion et tentative de sécession, après avoir organisé un référendum d’indépendance le 1er octobre dernier en Catalogne, l’ex-président régional a été interpellé par la police autoroutière allemande dimanche matin alors qu’il franchissait la frontière avec le Danemark.

Cette question se pose avec d'autant plus d’acuité outre-Rhin que le leader indépendantiste, exilé en Belgique depuis fin octobre, aurait pu être arrêté bien avant. Vendredi 23 mars, lorsque la justice espagnole émet un mandat d’arrêt européen contre lui et 12 autres indépendantistes, Carles Puigdemont se trouve en Finlande où il vient de participer à une conférence. Les autorités finlandaises se seraient dites prêtes à l’interpeller mais perdent sa trace. Entre-temps, l’ex-président catalan a quitté le pays incognito et choisi la voie maritime, direction le Danemark et l’Allemagne, pour tenter de rejoindre la Belgique.

Hier, le président du syndicat de la police fédérale allemande, Ernst Walter, s’interrogeait sur le manque de réaction de Copenhague. «La police danoise doit travailler de la même manière que l’Allemagne dans le réseau européen», a-t-il observé. Et si la police allemande a répondu aussi promptement au mandat d’arrêt lancé par Madrid c’est, selon lui, parce que «la police fédérale doit faire ce que la justice lui demande […]. Nous n’avons pas d’autre choix.»

Correspondance avec le Code pénal allemand

Cette arrestation met un terme à cinq mois d’exil durant lesquels Carles Puigdemont a pu voyager quasiment sans problème à travers l’Europe de l’Ouest. Lors de son arrivée fin octobre en Belgique, l’ex-président régional se trouvait sous le coup d’un premier mandat d’arrêt européen que la justice espagnole a annulé, contre toute attente, début décembre, avant que les autorités judiciaires belges aient tranché sur une possible extradition. Depuis, en l’absence de nouveau mandat, le leader catalan a effectué plusieurs déplacements, dont un en Suisse mi-mars.

Pour la presse espagnole, un élément expliquerait le choix d’une arrestation en Allemagne. Le Code pénal allemand donnerait suffisamment de possibilités pour extrader le leader catalan. Le travail du tribunal du Land de Schleswig-Holstein consistera à vérifier si les délits pour lesquels Carles Puigdemont est accusé en Espagne existent également dans le Code pénal allemand. Or, si le délit de rébellion n’existe plus outre-Rhin, l’article 82 mentionne les cas de «haute trahison envers l’Etat» qui s’en rapprochent. Mais pour l’expert en droit Nikolaos Gazeas, interrogé par la radio Deutschlandfunk, «cet article pose comme condition que les faits aient lieu avec violence ou qu’il y ait eu des appels à la violence».

Lire aussi: «Nous avons face à nous un Etat brutal, qui place l’unité de l’Espagne au-dessus de tout»

«Je ne crois pas que cela soit le cas avec M. Puigdemont», a-t-il expliqué. Pour ce spécialiste, une extradition reste néanmoins possible sur la base du délit de détournement de fonds public. Carles Puigdemont, en effet, est aussi accusé d’avoir utilisé de l’argent public pour organiser le référendum sur l’indépendance de la Catalogne.

Quand tombera la décision? Pas avant Pâques, a confirmé hier une porte-parole du procureur général du Land de Schleswig-Holstein. En théorie, la justice allemande dispose de soixante jours pour trancher en faveur ou en défaveur d’une extradition. En attendant, Carles Puigdemont devait être présenté lundi à un juge, pour un contrôle d’identité. La justice a jusqu’à ce mardi pour décider de le placer ou non en liberté conditionnelle en attendant qu’une décision soit prise sur le fond.

Un malaise à Berlin

Quelles qu’en soient les raisons, cette arrestation a créé un malaise à Berlin. «C’est une blague qu’un tribunal du Schleswig-Holstein puisse décider de l’avenir de la Catalogne», estime Dietmar Bartsch, député du parti de gauche radicale Die Linke, qui demande la libération immédiate de Carles Puigdemont. Du côté du Parti libéral (FDP), on ne conteste pas cette arrestation mais on constate que «politiquement, elle crée un vrai problème» pour l’Allemagne. Même constat chez les écologistes, qui appellent le gouvernement d’Angela Merkel à prendre les choses en main, en faisant pression sur la Commission européenne pour tenter une médiation entre Madrid et Barcelone. «Angela Merkel s’est longtemps tenue en dehors de ce sujet de tension, mais depuis dimanche, elle est en plein dedans», constate de la même manière le magazine Der Spiegel.

Pour l’instant, rien n’indique une quelconque volonté de la part du gouvernement de se saisir de cette «patate chaude». Hier, le porte-parole d’Angela Merkel, Steffen Seibert, a rappelé que l’Espagne était un Etat de droit démocratique. «Le gouvernement fédéral est convaincu que le conflit catalan doit être résolu dans l’ordre juridique et constitutionnel espagnol, a-t-il déclaré. C’est pourquoi, au cours des derniers mois, nous avons soutenu la position claire du gouvernement espagnol pour garantir cet ordre juridique et constitutionnel.»

Publicité