Alors que le volcan Cumbre Vieja continue de cracher une lave abondante sur les flancs de l’île canarienne de La Palma, une autre éruption, politique, cette fois-ci, bouleverse l’échiquier espagnol: l’arrestation jeudi soir en Sardaigne de Carles Puigdemont, l’ancien président de Catalogne jusqu’à sa fuite vers la Belgique en octobre 2017, ouvre un scénario tout nouveau. Si la justice italienne acceptait d’extrader vers Madrid le leader indépendantiste – conformément à ce qu’exige le mandat d’arrêt international qui pèse sur ses épaules depuis quatre ans –, le conflit catalan prendrait une tout autre tournure.