Japon

A l'arrêt depuis 2011, un réacteur nucléaire a été redémarré au Japon

L'unité 3 d'Ikata a été remise en route ce vendredi, établissant à trois le nombre de réacteurs nucléaires en marche au Japon. Elle commencera à générer du courant dès lundi

Un réacteur nucléaire arrêté depuis plus de 5 ans a redémarré vendredi au Japon, où seulement deux autres fonctionnent actuellement sur un parc réduit à 42 unités après l'accident de Fukushima.

«L'unité 3 d'Ikata a été remise en service à 9 heures locale (minuit GMT)», a expliqué la compagnie Shikoku Electric Power dans un communiqué. Cette tranche devrait commencer à générer du courant à partir de lundi 15 août, avait-elle indiqué précédemment. L'exploitation du courant issu de cette unité sur le réseau commercial ne débutera cependant qu'en septembre après d'ultimes contrôles, a-t-elle précisé.

Lire aussi: L'ancien premier ministre japonais: «Le nucléaire se drape dans un mythe de la sécurité»

Ikata 3 emploie du combustible Mox, ce qui rend encore plus inquiets les écologistes qui jugent plus dangereux ce mélange d'oxydes d'uranium et plutonium recyclés.

Ce réacteur avait été arrêté fin avril 2011 pour une maintenance de routine, mais il n'a pu redémarrer normalement ensuite en raison de l'entrée en vigueur de nouvelles normes plus strictes envers les risques de catastrophe naturelle, d'accident d'avion ou d'attentat.

Pour qu'il soit relancé, il a fallu de nouveaux examens et un certificat technique de l'Autorité de régulation nucléaire, ainsi que le feu vert des autorités locales.

Les centrales thermiques et les énergies renouvelables comme alternatives

A l'heure actuelle, ne fonctionnent au Japon que les réacteurs Sendai 1 et 2, également situés dans le sud-ouest. Ils avaient été relancés respectivement en août et octobre 2015. Compte tenu des règles en vigueur, ils devraient être de nouveau stoppés en septembre pour le premier et décembre pour le second, afin de subir un entretien obligatoire de routine d'une durée de deux mois minimum.

Le Japon, dont le parc nucléaire a été ramené à 42 tranches (contre 54 avant l'accident de Fukushima) compense par l'exploitation de centrales thermiques et une petite augmentation de la part de l'électricité issue des énergies renouvelables. Les particuliers et entreprises essaient en outre d'utiliser des éclairages et équipements moins énergivores.

Lire aussi: La justice japonaise ordonne l’arrêt de réacteurs nucléaires

Les écologistes sont contre le redémarrage des installations nucléaires, estimant que les leçons de la catastrophe de Fukushima en mars 2011 n'ont pas été tirées. La justice leur a en partie donné raison en ordonnant l'arrêt de deux unités (Takahama 3 et 4) qui avaient été réactivées en début d'année.

Lire aussi: Le Japon relance le nucléaire malgré l'hostilité de sa population

La population est aussi en majorité contre la relance des réacteurs nucléaires poussée par le gouvernement de Shinzo Abe pour des raisons essentiellement économiques, mais le mouvement d'opposition (avec d'importantes manifestions) s'est essoufflé après un pic dans l'année suivant le désastre de Fukushima provoqué par un gigantesque tsunami sur la côte nord-est de l'archipel. 

Publicité