Immigration

«L’Australie pousse à bout les réfugiés pour décourager quiconque de rejoindre le pays»

Canberra, la capitale australienne, envoie les migrants sur l’île de Nauru, où leurs conditions de détention sont dénoncées par les ONG. Les histoires de ces réfugiés témoignent des mauvais traitements infligés

1200 réfugiés se trouvent actuellement sur l’île de Nauru, Etat insulaire du Pacifique, où ils ont été transférés après avoir tenté de rejoindre l’Australie par voie maritime. «La solution du pacifique» est le nom donné à la politique d’immigration créée en 2001 par Canberra, visant à transférer les migrants hors du territoire australien. Stoppée en 2007, elle a été rouverte en 2012. Selon un rapport d’Amnesty International et de Human Rights Watch publié le 2 août, les migrants subissent des mauvais traitements. Anna Neistat, responsable de la recherche chez Amnesty International, raconte ce qu’elle a vu sur l’île de Nauru.

Le Temps: L’Australie et Nauru tiennent à garder le secret de ce qu’il se passe sur l’île. Comment avez-vous pu y aller?

Anna Neistat: Je n’ai pas mentionné que je travaille pour une ONG. Les touristes peuvent se rendre à Nauru. Je suis entrée légalement en Australie.

- Qu’avez-vous constaté une fois sur place?

- Nauru est parsemée de «maisons containers» qui abritent les migrants. Ils peuvent se déplacer librement sur l’île, contrairement à ceux qui résident dans le camp. Aucune caméra n’y est autorisée à l’intérieur et les migrants sont victimes de restrictions de libertés. Ils peuvent sortir uniquement lorsqu’ils obtiennent le statut de réfugié.

- Comment se déroule la vie dans les camps?

- Je n’ai pas pu entrer, mais les gens ont témoigné. L’exemple d’une famille iranienne est terrible. Le père, la mère et leur fils sont arrivés à Nauru il y a trois ans et ont passé les 11 premiers mois dans le camp, sous des tentes. Les conditions de vie étaient déplorables: aucune intimité, parfois jusqu’à douze sous une tente, du gravier au sol, des lits superposés. La nourriture est fournie trois fois par jour. Mais pour avoir à manger, il faut faire la queue souvent pendant des heures. Et sous la douche, les gardent surveillaient et éteignaient l’eau après deux minutes. Les réfugiés n’avaient souvent pas le temps de se laver. Les toilettes, selon un témoignage, étaient si sales que même les responsables du nettoyage ne voulaient pas les nettoyer. Ce traitement est totalement contraire aux standards internationaux, comme par exemple la Convention relative au statut des réfugiés.

- Que s’est-il passé après 11 mois?

- Dans le camp, la femme est tombée en dépression. Un psychologue lui a prescrit des médicaments, pas du tout adaptés à son cas. Puis la famille a obtenu le statut de réfugié et est déplacée dans une «maison container». Un homme seul n’a qu’un lit et une chaise. La maison de la famille iranienne contient une chambre et une cuisine. Mais la population locale s’en est prise à eux, brisant une vitre de la maison et de la voiture et fracassant la porte de la bâtisse. Les Nauruans n’apprécient pas la présence des réfugiés. Et ces agressions restent impunies. A la suite de ces attaques, la mère a tenté de se suicider. A l’hôpital, elle a subi un lavage d’estomac. Hospitalisée, elle a à nouveau tenté de mettre fin à ses jours. Son transfert dans les cellules psychiatriques, à l’intérieur du camp, a été immédiat.

- Et une fois qu’elle se trouvait dans ces «zones psychiatriques»?

- Les malades sont dans des chambres, constamment surveillés et traités d’une manière horrible. Un couteau en plastique, ses draps ou encore du shampoing sont devenus des armes qu’elle a tenté de retourner contre elle-même. Les médecins lui ligotaient les poignets pour la forcer à manger, prendre son «traitement», aller aux toilettes ou se doucher car elle refusait de le faire. L’éthique et l’attitude du corps médical, qui n’a que très peu de moyens, sont intolérables. Les patients ne sont transférés dans les hôpitaux que dans les cas d’extrême urgence. Et tout médecin qui tente de dénoncer la situation est passible de 2 ans de prison.

- En tant que membre d’une ONG, qu’est-ce qui vous a particulièrement choqué à Nauru?

- L’Australie, pays occidental, ne peut traiter de cette manière les migrants: c’est contraire aux lois internationales, notamment celle sur l’aide aux réfugiés. Les mauvais traitements qu’ils subissent sont une violation des droits humains. Mais la situation sur l’île de Nauru est inédite pour deux raisons. La première: la ferme volonté de Canberra de garder secret la situation. Aucun journaliste, aucune ONG ne peut s’y rendre. Personne ne peut dénoncer ce qu’il s’y passe à l’international. La deuxième raison: l’Australie et Nauru ne sont pas en guerre. L’île n’est pas une zone de conflit. Les deux gouvernements œuvrent sans raison «valable», comme par exemple une volonté de répression.

Publicité