L'Australie a annoncé plusieurs mesures jeudi suite à la nouvelle loi sur la sécurité nationale imposée par la Chine à Hongkong. Elle a notamment suspendu son accord d'extradition avec le territoire et mis en garde ses ressortissants y vivant contre un risque de détention.

Le Premier ministre Scott Morrison a indiqué que la décision de suspendre ce traité d'extradition a été prise car la loi sur la sécurité nationale «constitue un changement fondamental de la situation» à Hongkong.

L'Australie a également prolongé de cinq ans les visas d'environ 10 000 Hongkongais vivant dans le pays. Scott Morrison a par ailleurs annoncé que les ressortissants de Hongkong se trouvant en Australie avec des visas d'étudiants ou de travail temporaire auraient également la possibilité d'obtenir le titre de résident permanent.

Dans une mise à jour de ses conseils aux voyageurs, qui ne devrait pas manquer de susciter la colère de Pékin, le ministère australien des Affaires étrangères a en outre exhorté ses ressortissants à «reconsidérer leur besoin de rester à Hongkong» s'ils s'inquiètent de cette nouvelle loi.

«Risque accru de détention»

Mardi, l'Australie avait déjà mis en garde ses ressortissants contre un risque de «détention arbitraire» s'ils se rendent en Chine, dans un contexte de tensions croissantes entre les deux pays. Pékin avait aussitôt réagi, affirmant que «les étrangers en Chine n'ont absolument rien à craindre tant qu'ils respectent la loi».

Dans l'avertissement publié jeudi, le ministère australien a affirmé que la nouvelle loi sur la sécurité nationale imposée par la Chine à Hongkong peut être «interprétée de manière large», ce qui pourrait conduire des Australiens installés dans l'ex-colonie Britannique à être poursuivis en Chine continentale.

Tout en soulignant que la manière dont sera appliqué ce texte et ce qu'il recouvre «n'est pas encore clair», il a estimé que les Australiens «pourraient être confrontés à un risque accru de détention pour des motifs de sécurité nationale vaguement définis». «Vous pourriez enfreindre la loi sans le vouloir», a-t-il ajouté.