Après être entré dans le Club Q, une boîte LGBT de Colorado Springs, et avoir commencé à tirer sur la foule à l’aide d’un fusil d’assaut, Anderson Lee Aldrich, 22 ans, a été maîtrisé par deux clients. Les autorités ont confirmé lors d’une conférence de presse organisée lundi soir l’identité de ces deux sauveurs, qualifiés de «héros»: Richard Fierro et Thomas James.

«Je n’ai jamais rencontré quelqu’un ayant fait preuve d’autant d’héroïsme et qui reste si humble», a raconté le maire de Colorado Springs, John Suthers, à propos de Richard Fierro. Cet ancien militaire, âgé de 45 ans, a raconté au New York Times avoir attrapé le tireur par l’arrière alors qu’il se dirigeait vers la terrasse, où des clients s’étaient réfugiés. Une fois le tireur au sol, Richard Fierro lui a sauté dessus. «J’ai pris son pistolet dans sa main et commencé à le frapper à la tête, encore et encore.» Il l’a alors maintenu au sol avec l’aide de Thomas James. Une drag queen a piétiné le tireur avec ses talons aiguilles.

Je ne sais pas exactement ce que j’ai fait, je suis juste passé en mode combat. Je savais juste que je devais tuer ce type avant qu’il ne nous tue.

Cinq personnes sont mortes dans la fusillade et pas moins de 17 ont été blessées par balles, a précisé la police, qui dénombre un autre blessé et des «victimes sans blessures visibles.

Lire ce portrait: Oiseaux de nuit: Lola Vegas, drag-queen et reine des nuits genevoises

Le tireur, arrêté à l’arrivée sur place de la police, est encore hospitalisé. Il devrait comparaître devant un juge par vidéo dans les jours suivant sa sortie de l’hôpital, selon le procureur du comté d’El Paso. Il est d’ores et déjà détenu sans possibilité de libération sous caution. Anderson Lee Aldrich n’a pas encore été inculpé, mais pourrait être poursuivi notamment pour meurtres et crimes motivés par la haine. Il encourt une peine de prison à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle.

C’est peu avant minuit, juste après la performance de drag queens qui venait marquer la Journée du souvenir transgenre – dédiée aux victimes de violences transphobes et célébrée internationalement le 20 novembre – que l’horreur est entrée au Club Q. Le «crime motivé par la haine» désigne aux Etats-Unis un acte dirigé contre une personne visée en raison d’éléments de son identité comme la race, la religion, la nationalité, l’orientation sexuelle ou un handicap. Considéré comme une infraction fédérale aux circonstances aggravantes, il entraîne des condamnations plus dures.

Lundi soir, des centaines de personnes se sont rassemblées dans un parc de Colorado-Springs pour réaliser une veillée, en hommage aux victimes, illuminée par des bougies. Des intervenants ont salué la résilience de la communauté LGBT +. Cette attaque survient six ans après la pire tuerie qu’ait connue la communauté LGBT +aux Etats-Unis lorsqu’un Américain d’origine afghane avait tué 49 personnes dans une boîte gay d’Orlando en Floride.

Lire également: «TRANS*», un livre-photo pour montrer la diversité et la normalité des personnes transgenres

«Lorsque les politiques et les experts continuent à faire circuler des clichés, des insultes et de la désinformation à propos de la communauté trans et LGBT +, voilà le résultat», a fustigé dimanche Brianna Titone, première législatrice transgenre élue au parlement du Colorado. Cette énième tuerie illustre par ailleurs la problématique de la circulation des armes à feu en très grand nombre dans le pays: 601 fusillades de masse ont été recensées aux Etats-Unis depuis début 2022, selon l’organisation Gun Violence Archive.

Ecoutez l’épisode de notre podcast Brise-Glace: «Dans la vie de David, une drag queen nommée Nancy»